Faits divers

Une chanson inédite de 1999 provoque la polémique sur Internet

BRUXELLES "Barrez-vous, cas- sez-vous Retournez donc chez vous Vous foutez la pagaille Il n'y a plus de travail Barrez-vous, cassez-vous On a déjà donné Du balai, du balai La France est aux Français, aux Français Où est passé Paris ? C'est Casa, Djibouti Y a plus que des métèques De La Roquette à Barbes Maintenant ça suffit."

La chanson s'intitule La France est aux Français et il ne faut pas chercher longtemps pour l'écouter sur Internet où, bien sûr, avec un texte pareil, elle fait la polémique. Les forums se multiplient. On ne comprend pas ça de la part de l'auteur du Rital. Qui a, pour sa part, une explication toute simple : "Bien sûr que je ne suis pas d'extrême droite. Cette chanson s'inscrit dans un contexte particulier. En 1999, avec ma parolière Anne-Marie Gaspard, nous avons entrepris l'écriture d'une comédie musicale qui s'intitule Les nouveaux nomades et qui se basait sur la vie de mon père. Pour raconter ce qu'est réellement la vie d'un émigré. Parce qu'il n'y avait plus d'argent à la maison, mon père a dû partir alors que ma mère était enceinte et il n'a vu mon frère que lorsque celui-ci avait déjà trois mois. Cette histoire de mon père, nous l'avons adaptée. Le récit ne se passe pas en Belgique mais en Australie. Et nous l'avons inscrit dans le contexte de l'immigration d'aujourd'hui, celui des banlieusards, de cultures et de religions différentes. Le texte de cette chanson-là, tous les immigrés l'ont entendu. Dans cette comédie musicale, il y a 28 chansons et neuf personnages. Parmi eux, il y a des bons, des gentils et des crapules."

Claude Barzottti se justifie encore : "Parmi les crapules, un personnage totalement d'extrême droite qui chante cette chanson-là. Le rôle devait, à l'origine, être joué par un chanteur liégeois assez marqué à gauche et qui, malheureusement, est décédé depuis, Pierre Martin. En 1999, j'ai enregistré toutes les chansons. Pas pour les sortir en disque, mais pour les distribuer aux chanteurs du spectacle afin qu'ils les étudient."

"J'ai donc chanté cette chanson-là aussi. Depuis, les financiers qui de-vaient monter la comédie musicale ont fait faillite et le projet, auquel je tiens comme vous n'en avez pas idée, est en stand-by. Ce sont d'énormes budgets et ce n'est pas facile du tout. Aucune des 28 chansons n'est sortie, sauf celle-ci sur Internet. Je suis persuadé que c'est à cause de quelqu'un qui travaillait dans le studio de Paris où s'est fait l'enregistrement. On m'a dit que même Le Pen s'était servi de cette chanson à une de ses réunions. Je doute fort que cela se serait produit si Le Pen avait entendu l'entièreté du spectacle."



© La Dernière Heure 2006