Faits divers

La dépouille de l'adolescente a été découverte dans un bois proche de son école situé le long de la rue Marie Delcourt à Sesselich. Une autopsie sera pratiquée mardi.

Selon nos informations, Béatrice Berlaimont aurait donc été tuée avant d'être déplacée vers le bois où son corps a finalement été découvert ce lundi. Mais il apparaît également, toujours selon nos sources, que l'adolescente a été victime d'une mort violente. Des traces de liens auraient été découverts sur son corps. Ce qui indiquerait donc qu'elle a été ligotée. On ignore toutefois si cela a été fait avant ou après sa mort.

Toujours selon nos informations, le corps de la jeune fille aurait été déplacé et déposé à cet endroit quelques heures avant la macabre découverte de ce lundi. Tout indique en effet que lors des fouilles de ce bois, il aurait été impossible de passer à côté de son corps sans l’apercevoir. Les parents de Béatrice, qui ont été avertis dès la découverte et l’identification du corps, sont encadrés par une assistante sociale de la police, comme c’est le cas depuis le premier jour de la disparition de la jeune fille, le 21 novembre dernier.

Lundi 15h30 à deux kilomètres au sud d’Arlon, le corps sans vie de Béatrice Berlaimont est découvert, onze jours après sa disparition. La jeune fille de 14 ans n’est plus en vie. Elle se trouve dans une bande de forêt plutôt étroite entourée de champs et proche de quelques habitations. Il ne s’agit pas du chemin qui mène à son école.

Rapidement, les enquêteurs de la police locale d’Arlon, le laboratoire de la police judiciaire et les membres de la cellule disparition arrivent sur les lieux. Le juge d’instruction Jacques Langlois, en charge du dossier, se rend lui aussi sur place.

La rue Marie-Delcourt est interdite à toute circulation. Un combi de la police entrave le chemin. Ne laissant passer que les véhicules nécessaires à l’enquête. L’endroit sera gardé toute la nuit par les forces de l’ordre pour empêcher toute intrusion sur le site.

Un médecin légiste de l’Institut médico-légal de Liège est appelé sur place. Il arrivera dans l’après-midi pour réaliser sur place un examen sommaire externe du corps. “Ces premiers examens n’ont pas permis de déterminer la cause du décès”, précise Sarah Pollet, magistrat presse au parquet du Luxembourg.

Vers 17h30, les enquêteurs de la police judiciaire fédérale débutent leur enquête de voisinage. Ils recherchent la moindre information, le moindre témoignage concernant la découverte du corps. Chaque indice est minutieusement recherché.

Vers 18h, le corbillard passe le barrage de police pour rejoindre les lieux où se trouve la jeune adolescente. Son corps sera transporté vers 19h30 pour être autopsié mardi matin, soit à Liège, soit à Arlon.

Dans la soirée, le parquet d’Arlon tient une conférence de presse au palais de justice. “Toutes nos pensées vont vers la famille de la jeune fille”, précise d’emblée Sarah Pollet, magistrat presse. “Aucune cause du décès n’est avancée à ce stade de l’autopsie. Un examen complet sera réalisé ce mardi.”

Aucune piste n’est dès lors écartée pour expliquer cette issue fatale. “L’affaire est à l’instruction. L’enquête se poursuit bien évidemment afin d’identifier, le cas échéant, le ou les auteurs si la piste criminelle devait être suivie. Il est possible que ce soit le début d’une enquête criminelle”, poursuit la magistrate.


Une minute de silence à l’école de Béatrice

Ce mardi matin à l’Athénée royal, l’émotion était encore très vive au lendemain de l’annonce du décès de Béatrice Berlaimont.

Ce matin, une minute de silence a été respectée en mémoire de l’adolescente. "Les élèves de toutes les classes de rétho ont reçu quelques explications sur la disparition de Béatrice. Même si nous avons très peu d’informations sur les circonstances. Les élèves qui le souhaitent ont également la possibilité toute cette journée de rencontrer la responsable du PMS ou deux membres de la Communauté française venus spécialement. Nous allons également voir ce que l’on peut mettre en place pour rendre un hommage à Béatrice. En fonction des désidérata des élèves et de ce qu’il est possible de faire" explique un éducateur de l’Athénée.


Child Focus demande d'enlever les affiches

A la suite de la découverte lundi du corps sans vie de Béatrice Berlaimont, 14 ans, dans un bois situé à proximité de son domicile d'Arlon, Child Focus va procéder au retrait des affiches signalant la disparition de la jeune fille. L'asbl demande également aux personnes possédant des affiches de les retirer.

"Par respect pour la famille, nous demandons instamment aux personnes qui ont collé une affiche à leur fenêtre ou sur leur voiture de la retirer", a indiqué lundi la porte-parole de Child Focus. L'asbl va également procéder elle-même à une campagne de désaffichage. Par ailleurs, Child Focus a signalé que "les parents peuvent être soutenus par nos conseillers, s'ils le souhaitent."