Faits divers

La police de la zone de Bruxelles-Ixelles a indiqué quant à elle que M. Boussoufa ne devait faire l'objet d'aucun traitement de faveur

Anderlecht déplore l'attitude de la police envers Boussoufa


Mbark Boussoufa arrêté par la police!

BRUXELLES Le parquet de Bruxelles a estimé lundi que le joueur de football anderlechtois Mbark Boussoufa avait fait l'objet dimanche d'un contrôle de routine. La police de la zone de Bruxelles-Ixelles a indiqué quant à elle que M. Boussoufa ne devait faire l'objet d'aucun traitement de faveur et qu'il était tenu, comme tout citoyen belge, d'être porteur de sa carte d'identité.

Le parquet de Bruxelles a indiqué que la police locale avait reçu dimanche à 13h42 un appel téléphonique dénonçant la vente de stupéfiants dans l'établissement le "Tetouan", situé sur le boulevard Lemonnier, à Bruxelles, près de la Gare du Midi.

La police déclare pour sa part être intervenue à la suite d'une agression commise dans le quartier. Les policiers ont fait irruption dans l'établissement et ont demandé à la dizaine de personnes présentes dans le café de mettre leurs mains sur la table par mesure de sécurité. Deux clients, Mbark Boussoufa et son cousin, ont refusé d'obtempérer. La police a réclamé la carte d'identité du joueur anderlechtois et de son cousin mais ces derniers n'étaient pas en possession de leurs documents d'identité et refusaient, toujours d'après la police, de décliner leur identité.

Selon la version de la police, les policiers ont demandé à M. Boussoufa et son cousin de se diriger vers un inspecteur mais ces derniers ont refusé d'obéir aux injonctions des forces de l'ordre. Deux policiers ont alors menotté les deux clients et fait usage de la force pour les conduire vers l'inspecteur. M. Boussoufa se serait rebellé et son cousin aurait tenté de s'interposer entre le footballeur et les policiers. Lors de cette rébellion, la veste du joueur s'est déchirée, a précisé la police. La police explique la présence des traces des menottes au niveau des poignets du joueur d'Anderlecht par le comportement agressif de ce dernier. La police nie avoir eu un comportement à caractère raciste lors du contrôle.

Mbark Boussoufa et son cousin ont été emmenés par la police au commissariat de la rue de l'Hectolitre. Après une vérification de leur identité, l'homme qui défend les couleurs du RSC Anderlech, et son cousin ont été relaxés par la police. Celle-ci a rédigé un procès-verbal pour rébellion. Selon le parquet, la vedette d'Anderlecht a présenté ses excuses "aux policiers qu'il aurait offensés" en précisant que "ses propos étaient restés modérés".

A la police, on affirme que les policiers ne savaient pas qu'ils avaient affaire au joueur anderlechtois. "Tout le monde ne connaît pas M. Boussoufa et même quand on s'appelle M. Boussoufa, on doit être porteur de sa carte d'identité", a conclu un porte-parole de la police locale.

© La Dernière Heure 2009