Faits divers
Deux bijouteries ont déjà été braquées ce mois-ci dans le quartier turc de Bruxelles. A chaque reprise, c’était le même scénario.

Coiffé d’un chapeau “à la Michael Jackson”, l’un des six braqueurs, déjà ganté, passe la première porte du sas de sécurité de la bijouterie et la laisse entrouverte pour ses complices. Celui-ci leur donne ensuite le feu vert en... s’essuyant les pieds sur le pas de la porte.

Encagoulés et gantés, ses complices s’engouffrent alors et défoncent à coups de masse la seconde porte dudit sas en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire.

“En un peu plus d’une minute top chrono”, toutes les vitrines contenant de l’or sont explosées. Le précieux butin est chargé dans des sacs et les individus prennent la poudre d’escampette à pied, expliquent leurs victimes.

En date du 10 juin, c’est la Maison d’Or, située chaussée d’Haecht, qui avait été dévalisée entre “16 h 07 et 16h 08”. Aux alentours de “5 kilos d’or pour une valeur marchande de plus de 100.000 euros” avaient ainsi été empochés sans encombre, se désolent les victimes.

Mercredi, c’était au tour de la bijouterie Golden Eyes, située rue du Méridien, de subir le même sort. Six individus s’y sont introduits en usant du même modus operandi que précédemment.

De courageux témoins de la scène ont ensuite poursuivi deux des six braqueurs jusqu’à la rue de Brabant et ont ainsi permis aux policiers locaux de les interpeller.
 
L’hélicoptère de la police fédérale est également intervenu, notamment pour tenter de pister le reste de la troupe, mais sans résultat.

“Une petite partie du butin a été retrouvée sur les deux individus qui ont été interpellés”, précise Roland Thiébault, porte-parole de la zone de police Nord. Soit des boucles d'oreille, une cagoule et des gants dans le caleçon de l'un d'entre eux.

L’ampleur du butin est encore inconnue. “Ils savaient parfaitement ce qu’ils faisaient. Ils se sont immédiatement dirigés vers l’or pur (22 carats)”, commentent pour leur part les victimes du jour.

Âgés de 21 et 23 ans, les deux Roumains interpellés ont été placés sous mandat d'arrêt. Ceux-ci n’ont apparemment pas souhaité piper mot...