Faits divers Un hangar existe à Bruxelles pour les vélos volés ou abandonnés

Près de 3 500 bicyclettes ont été volées l’an dernier sur le territoire de la Région bruxelloise. Un hangar a été mis en place par l’autorité régionale depuis une dizaine d’années. Au total, 2 875 vélos ont été restitués grâce à ce moyen.

L’ASBL Cyclo gère le lieu situé à Schaerbeek et coordonne la gestion des 400 à 500 vélos présents. "On récupère ici les vélos qui sont abandonnés dans les rues, mais également ceux volés. Les personnes ont trois mois pour se manifester pour récupérer leurs biens. Si ce n’est pas le cas, dans les trois mois, la bicyclette devient propriété régionale. C’est parfois compliqué car le lieu où a été volée la bicyclette n’est pas forcément celui où on la retrouve. Chez nous, on ne peut que référencer l’endroit où on l’a découverte. On a vraiment tous les types de vélos aussi", explique Éric Closter, le chef d’atelier.

Les deux-roues sont récupérés après avoir été signalés par les autorités communales ou encore la police. Ils y apposent un autocollant orange afin que les quatre travailleurs du hangar les embarquent durant la tournée. "On ne s’occupe que de cela. Si un habitant voit un vélo abandonné et nous le signale, on lui demande de le signifier d’abord aux autorités. On suit le protocole pour éviter qu’il y ait des malentendus. D’ailleurs, parfois, des habitants pensent que nous venons voler des vélos car nous découpons le cadenas. Une fois que l’on a expliqué la situation, ça va. On se balade toujours avec notre camionnette siglée Cyclo", raconte le chef d’atelier.

Un site Internet a été créé pour permettre aux gens d’envoyer la description du deux-roues : velosretrouves.be. Il permet aux responsables du hangar de faire une première recherche, comme l’indique Éric Closter : "Je préfère chercher une première fois à partir des critères ou indices que nous donnent les gens avec le formulaire par Internet. On ne fonctionne d’ailleurs que sur rendez-vous. C’est un plaisir de rendre une bicyclette à son propriétaire d’origine."

Les vélos qui deviennent la propriété de la Région ont une seconde vie. Un atelier est présent dans le hangar pour remettre à neuf en fonction de la demande de vélos des partenaires du hangar. "On travaille avec les communes, les écoles et les associations. On remet en fonction le nombre de vélos qu’ils souhaitent. On leur donne une seconde vie. C’est un sentiment agréable car on se sent utile. Les gens à qui nous rapportons les vélos restaurés ont très souvent conscience de cela." La période actuelle est la plus dense pour l’équipe qui gère le hangar. "C’est assez logique. En été, les gens sont plus dehors et remarquent plus facilement les vélos abandonnés. Il y a aussi plus de personnes en deux-roues dans la circulation."