Faits divers L’inspecteur était en civil, pas armé et pas en service.

Selon nos informations, un policier de 37 ans a été victime d’une agression violente, vers 1h, dans la nuit de mardi à mercredi, à Anderlecht. Membre de la police de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles, le policier en civil a été passé à tabac par un individu qui l’a traité de "sale flic".

La victime n’était pas en service et n’était pas armée. Rien ne lui a été volé. Le policier aurait été agressé au seul motif qu’il est policier, ce que l’auteur savait soit pour l’avoir reconnu, soit qu’un signe distinctif de police se trouvait sur sa voiture.

Les faits se sont déroulés à hauteur de l’avenue Victor Olivier, dans le quartier des buildings Aurore entre le canal et la chaussée de Mons.

Le policier était au volant et seul dans la voiture. L’auteur a brisé un carreau. La victime a quitté le véhicule et c’est alors qu’elle a été rouée de coups violents, sans autre mobile aux yeux de l’auteur que celle d’être un "sale flic".

Blessé à la tête, en particulier au visage, le policier a porté plainte auprès de la zone de police Midi.

L’agression pourrait ne pas être isolée. Selon nos informations toujours, elle est mise en lien avec une précédente apparemment tout aussi gratuite, commise durant le week-end, près de la place du Conseil, toujours à Anderlecht.

La nuit de samedi à dimanche, les agresseurs, au nombre de deux (dont un en possession d’une arme de poing qu’il a exhibée) ont commis les faits parce qu’ils pensaient que la victime était policier, ce qui n’était pas le cas cette fois-là.