Faits divers

Le Boeing 747-400 cargo de la compagnie turque My Cargo Magna Airlines ayant décollé dimanche soir peu avant minuit de la piste 19 de Brussels Airport l'a fait conformément au plan d'utilisation des pistes en vigueur pour la nuit du dimanche au lundi, assure lundi Belgocontrol. L'office du contrôle aérien ne dispose par ailleurs d'aucune compétence ou moyen juridique pour refuser le décollage d'un appareil pour des raisons autres que celles relatives á la sécurité de la navigation aérienne, précise-t-il. 

L'office du contrôle aérien précise en outre que le vol en question n'a posé aucun problème au niveau de la sécurité de la gestion du trafic aérien.


Catastrophe aérienne évitée de justesse à Wezembeek-Oppem

Le bourgmestre de Wezembeek dépose plainte suite au survol dangereux d'un avion cargo durant la nuit de dimanche à lundi.

Il était 23h55 environ lorsque certains habitants de la périphérie Est de Bruxelles ont été survolés à très basse altitude par un avion identifié comme un Boeing 747 cargo. Un survol qui a fait trembler les habitations. "On a frôlé la catastrophe", indiquent certains habitants à nos confrères de La Libre Belgique.

Un autre riverain de la commune de Wezembeek-Oppem confirme le survol impressionnant de l’avion au-dessus des habitations de la périphérie bruxelloise. "Ma compagne et moi-même étions encore éveillés à cette heure-là. Nous avons été surpris et inquiets par le vrombissement de l’appareil. Nous nous sommes figés un long moment… Il n’a pas dû passer très haut au-dessus de notre toit. Le bruit était tellement fort que j’ai cru un moment qu’il réveillerait nos enfants. De façon inconsciente, j’ai attendu le bruit d’un impact et d’une explosion tant cela me paraissait anormal…"

Ce lundi midi, Frédéric Petit, bourgmestre MR de Wezembeek-Oppem ira déposer plainte en compagnie de Michel Leclaire, un ancien pilote de ligne et militant de l'association de riverains AWACSS. "Cet avion a effectué un véritable rase-motte au-dessus de la commune", confirme Frédéric Petit qui agit ici en tant que citoyen. "Il s'agit d'un Boeing 747 Cargo de la compagnie Magma", précise-t-il. "Il devait voler à moins de 1000 pieds, soit environ 200 mètres."

Pour le bourgmestre, un avion de ce type n'est tout simplement pas autorisé à décoller de la piste 19, interdite aux avions excédant 200 tonnes. De bonnes sources, on apprend que cet avion a commis plusieurs infractions avant de quitter le ciel bruxellois. Il n'aurait pas respecté la route qui aurait dû être la sienne ni les normes de vents et, plus grave, il s'agit d'un avion qui est interdit de vol durant la nuit.

L'association de riverains UBCNA déplore dans le même temps une multiplication de ce type d'infraction nocturne. Pour l’UBCNA, "il est clair qu’on a échappé de justesse à un grave accident aérien hier soir à Wezembeek-Oppem, et que les 4 infractions constatées lors du décollage du vol RUN-327 parti de la piste 19 hier soir doivent être sévèrement sanctionnées, et qu’une enquête doit être menée pour connaître les motifs de Belgocontrol à ne pas respecter la totalité des procédures aéronautiques à Bruxelles-National".


De Wolf: "L'incident montre que c'est un non sens que de s'obstiner dans le plan actuel"

L'incident survenu dimanche soir au-dessus de Wezembeek-Oppem fait la démonstration que c'est un non-sens de s'obstiner dans le plan actuel de répartition des routes aériennes qui privilégie nombre de tracés au-dessus de zones les plus densément peuplées, a affirmé lundi après-midi le chef de file des libéraux bruxellois, Vincent De Wolf. "J'en appelle à la sagesse du secrétaire d'Etat à la Mobilité Melchior Wathelet et à la vice-première ministre cdH Joëlle Milquet pour qu'ils prennent les mesures qui s'imposent afin de mettre fin à cette situation", a-t-il souligné.

Pour Vincent De Wolf, "c'est un non-sens total que de s'obstiner dans l'erreur consistant à faire survoler les zones les plus densément peuplées".

Selon lui, alors qu'il est logique de faire survoler plutôt des zones telles que celles du Ring ou d'axes autoroutiers moins habitées, on constate l'on oblige certains avions censés prendre la direction du nord à d'abord bifurquer vers le sud de Bruxelles, densément peuplé.

Ce faisant, la Belgique s'est fait ridiculiser à l'étranger, a-t-il encore dit.


Melchior Wathelet demande à la DGTA d'enquêter et fait saisir les plans de vol

Le secrétaire d'Etat à la Mobilité Melchior Wathelet (CDH) a demandé à la Direction générale du Transport aérien (DGTA) de mener une enquête sur les raisons pour lesquelles un Boeing 747-400 cargo de la compagnie turque My Cargo Magna Airlines a été autorisé à décoller dimanche soir peu avant minuit, a indiqué son cabinet lundi après-midi. Il a également été procédé à la saisie des plans de vol de l'avion afin de clarifier la situation. Selon l'association de riverains UBCNA, après un décollage très laborieux, l'avion a survolé les communes de Sterrebeek et Wezembeek-Oppem à une altitude d'environ 200 mètres, "en dehors du couloir aérien, en toute infraction, sans parvenir à prendre de l'altitude et dans un bruit indescriptible et effroyable".

L'aéronef aurait normalement dû prendre son envol avant 23h00, précise-t-on à Brussels Airport. L'UBCNA pointe le manque de respect des procédures aériennes de l'office du contrôle aérien Belgocontrol, qui a autorisé l'avion à décoller.

Le bourgmestre de Wezembeek-Oppem et administrateur de l'association de riverains Frédéric Petit a, de son côté, déposé plainte lundi midi contre la compagnie aérienne et contre Belgocontrol pour non-respect des procédures aéronautiques et mise en danger de la vie d'autrui.

En fonction des résultats de l'enquête et si une infraction est avérée, la DGTA transférera alors au parquet les éléments dont elle dispose.