Faits divers

L'autopsie a confirmé l'identité du cadavre trouvé dans le bois

SUGNY A Neufchâteau, le parquet ne souhaitait pas confirmer l'identité de la victime tant que les médecins légistes n'apportaient pas leur réponse scientifique. Celle-ci a été fournie hier. On savait pourtant que le doute n'était plus permis sur le nom à donner aux restes humains découverts, samedi dernier, dans un sous-bois d'épicéas, à 4km du village frontalier de Sugny (commune de Vresse-sur-Semois). Depuis le week-end dernier, on savait, avec une quasi-certitude, que les trois jeunes Sedanais, à la cueillette de ce côté-ci de la frontière, avaient retrouvé le corps de Céline Saison, âgée de 18 ans, disparue le 16 mai.

Tout, en effet, correspondait : nous avions déjà parlé de la similitude des sandales de sport Adidas bleues rayées de bandes blanches, du pantalon corsaire, bleu aussi, ou encore des débris de la montre fantaisie, plutôt rare, au cadran scintillant. On savait également que les ossements mis au jour révélaient un poids et une taille, 1 m 60, correspondant au physique de Céline.

La jeune fille, lycéenne à Chanzy, à Charleville-Mézières, était studieuse, réservée, timide Elle avait peut-être connu un petit ami dont elle s'était séparée sans conflit. Elle était attachée à ses parents, habitant un paisible quartier à quelques minutes de la superbe place Ducale de la cité de Rimbaud.

Personne, dans son entourage ou de sa classe de terminale n'imagine Céline accompagner, loin de la ville, à 20km de son domicile, un inconnu. Le juge Connerotte, de Neufchâteau, qui hérite de cette affaire criminelle qui semble tout à fait française, a ouvert un dossier pour homicide volontaire à charge de X.

On n'aurait discerné aucune trace de coup, notamment sur le crâne de la victime. Pas plus que d'impact de balle. D'ores et déjà, les enquêteurs évoquent un étouffement.