Faits divers

Selon nos informations, Omar Abaaoud, dont le fils Abdelhamid Abaaoud est considéré par la police antiterroriste belge comme le cerveau de la cellule démantelée en janvier à Verviers, dépose plainte et se constituera partie civile contre son propre fils lors du procès de 32 suspects qui s’ouvrira la semaine prochaine devant le tribunal correctionnel de Bruxelles.

Par cette démarche, M. Abaaoud veut montrer de la façon la plus claire qu’il ne couvre ni cautionne les activités de son fils. Recherché en tant que terroriste numéro 1, Abdelhamid Abaaoud est soupçonné par le parquet fédérald’avoir préparé en janvier dernier un attentat que les services belges présentaient comme imminent.

Abdelhamid Abaaoud, introuvable, se trouverait en Syrie dans les rangs de l’Etat islamique.

C’est à cause de lui que les mesures de sécurité sont maintenues à un niveau relevé depuis trois mois et demi en Belgique.

M. Abaaoud père se constituera partie civile contre Abdelhamid pour avoir entraîné dans son sillage son jeune frère Younes, probablement avec lui en Syrie. Contactée par nos soins, l’avocate pénaliste Nathalie Gallant confirme l’information .

Me Gallant se refuse pour le surplus à tout commentaire, réservant au tribunal la primeur des arguments qu’elle développera lors du procès de la filière Zerkani à partir du 7 mai prochain.

Omar Abaaoud, 53 ans, de Molenbeek, se constituera partie civile contre son fils Abdelhamid Abaooud pour “avoir, par violences, ruse ou menaces, enlevé ou fait enlever un mineur de plus de 12 ans”.

Le 21 janvier 2014, date présumée à laquelle Abdelhamid aurait entraîné son jeune frère Younes, ce dernier né le 22 juin 2000, avait en effet 13 ans et demi.

La justice retient le crime d’”enlèvement” dès lors qu’à 13 ans, un jeune est présumé ne pas être en mesure de donner valablement son consentement.

Dramatique situation que celle de ce père: porter plainte pénale contre son fils aîné pour avoir enlevé son fils cadet.

A ce jour , Omar Abaaoud est toujours sans nouvelle de ses fils. Il n’en reçoit plus de l’aîné. Il ignore si son jeune fils Younes est toujours en vie.