Cinq fuites de gaz par jour en Région bruxelloise

Gilbert Dupont Publié le - Mis à jour le

Faits divers

En un an, Sibelga a réussi à réduire les fuites de gaz de 10 %

BRUXELLES Deux ans après la catastrophe de Schaerbeek, dix-huit mois après celle de la rue Léopold à Liège, le gaz fait moins peur.

Selon Sibelga gestionnaire unique du réseau de distribution de gaz naturel en Région bruxelloise, le nombre de fuites de gaz confirmées a reculé de 10 % en 2011 dans les dix-neuf communes.

Le sentiment de sécurité se mesure aussi au nombre d’interventions d’urgence consécutives à des appels odeurs de gaz , qui a chuté en 2011 de près de 13 % sur l’année précédente.

1.815 fuites de gaz constatées en 2011 dans les dix-neuf communes, soit en moyenne 5, exactement : 4,97 par jour. C’est en fait le meilleur résultat depuis trois ans. On avait atteint en 2010 le nombre record de 2.014.

Avec 199 en moins l’an passé, le nombre de fuites de gaz a reculé dans la capitale de 9,9 % sur le bilan de l’année précédente.

Signe aussi que le sentiment de sécurité s’améliore : le nombre d’interventions à la suite d’appels pour odeurs de gaz est tombé en 2011 à 4.975 (contre 5.710 en 2010, soit un recul de 12,8 %).

Sibelga attribue ce bilan à ses investissements, notamment au remplacement des anciennes conduites en fonte et en fibrociment par des conduites en polyéthylène plus étanches et plus résistantes aux mouvements de sol.

Plus aucun drame n’a été enregistré en région bruxelloise depuis l’explosion du 25 septembre 2010 dans le quartier Gaucheret, qui avait fait trois morts et 17 blessés.

Encore que s’agissant de cette catastrophe, les rapports d’expertise remis à la justice ne retiennent pas la responsabilité de Sibelga.

Enfin, de 3 incidents majeurs en 2010, le nombre a été réduit à un seul, en 2011, sur un réseau de 3.000 km (exactement 2893,6 km) de conduites.

La plupart des fuites de gaz (1.518 soit 85 % des 1.815) sont survenues à hauteur des branchements.

Le nombre de fuites sur les conduites a reculé de près d’un tiers, passant de 209 en 2010 à 158 l’an passé (32,2 % de moins).

Seule ombre au tableau : Sibelga déplore une hausse considérable du nombre d’incidents (Sibelga utilise le terme d’agression ) provoqués par des tiers (par exemple des engins de chantier lors de travaux notamment) : de 115 en 2010, leur nombre a grimpé à 139 en 2011. C’est, en un an, 21 % de plus.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner