Faits divers Lorsque les victimes arrivaient sur place, elles avaient perdu l’acompte et leurs vacances

Didier a comparu devant le tribunal correctionnel de Liège pour répondre d’une trentaine de faits d’escroquerie, abus de confiance, mais aussi de grivèlerie commis au préjudice de nombreuses victimes.

L’homme s’est spécialisé dans le domaine puisqu’il a déjà été condamné à plusieurs reprises, ce qui ne l’a pas empêché de récidiver…

Imaginez-vous. Vous décidez de vous offrir des vacances au soleil, en Espagne. Vous voyez une petite annonce dans le journal pour un bel appartement à louer à Tenerife. Vous vous voyez déjà en train de profiter du farniente, une sangria à la main.

Vous contactez la personne qui a placé l’annonce. Vous versez un acompte de plusieurs centaines d’euros. Confiant, vous vous réjouissez de voir le jour J. Vous voilà enfin arrivé sur place avec tous vos bagages et votre bonne humeur quand vous découvrez que vous avez été escroqué ! Envolé l’acompte. Envolées les vacances au soleil. Vous voilà obligé de trouver un logement de toute urgence pour ne pas dormir à la belle étoile avec toute votre famille !

Mais Didier a fait encore pire… En effet, il n’a pas hésité à se faire passer pour le propriétaire de logements à louer.

Ainsi, une dame avec ses enfants a donné congé à son ancien propriétaire, payé ce qu’elle croyait être la caution de son nouveau logement. Le jour du déménagement, lorsqu’elle a voulu ouvrir la porte, la clé ne fonctionnait pas ! Cette dame s’est retrouvée à la rue avec ses meubles et ses bambins.

Didier n’a reculé devant rien pour se procurer de l’argent. Même sa famille et sa compagne ont été la cible de ses escroqueries. À se demander comment il a encore des amis. Il est allé jusqu’à voler le portefeuille de son ami qui était emmené en ambulance après un malaise. Il a aussi volé une dame en phase terminale d’un cancer. "L’envie d’argent était plus forte que tout", a admis le prévenu.

Cette fois, il doit répondre de faits commis dans le courant de l’année 2012. "Je m’excuse auprès de ces gens, a poursuivi l’intéressé déjà condamné pour avoir fait des faux billets. J’ai voulu rembourser, mais je n’en ai jamais eu l’occasion."

Le parquet a souligné le caractère odieux des faits et a requis une peine de trente mois de prison avec sursis probatoire dont l’obligation de commencer à rembourser les plus de 10.000 euros détournés.

Didier se défendait seul. Il a demandé du sursis.