Faits divers Des petits malins achetaient sur le net avec des cartes cadeaux… non payées.

Depuis le début du mois de février, plusieurs magasins de la chaîne Fnac ont été victimes d’une escroquerie pour le moins bien rôdée.

Une escroquerie qui a pris fin ce samedi à Liège avec l’interpellation de deux jeunes hommes qui avaient failli réussir à faire des achats pour 1. 400 € sans débourser le moindre centime !

Le système était aussi intelligent que simple. Un homme se présente dans une Fnac du pays et prend des cartes cadeaux qui se trouvent sur un présentoir. Il arrive aux caisses et demande alors de charger lesdites cartes d’un montant pour le moins important. À Liège, par exemple, le client avait pris trois cartes et a demandé qu’on les remplisse pour 1 400 €. Une fois chose faite, c’est l’embarras…

"Zut, je ne retrouve plus mon portefeuille ! Laissez-les moi de côté et je reviens les payer dans 5 minutes !" Évidemment, l’homme ne revient jamais payer et emporter ses achats.

Mais, avant de se présenter à la caisse, il a pris soin de noter les numéros de cartes et les codes. Des données qu’il a transmises à un complice qui, lui, a quitté le magasin. Et, entre le moment où l’on alimente la carte et où on la désactive, le complice a eu le temps de faire des achats sur Internet !

Le panier virtuel rempli , puis livré, les deux compères n’ont alors plus qu’à revendre leur butin sur des sites de vente de deuxième main… Au final, les escrocs seraient parvenus à détourner ainsi des achats pour un peu plus de 10.000 euros !

Mais tant va la cruche à l’eau qu’à la fin, elle se casse… Comme le système a été utilisé à Mons, à Charleroi et à Bruxelles, les responsables des différents sièges sont devenus plus prudents. Ainsi, à Mons, l’homme s’est vu essuyer un refus et a été photographié. Sa photo a été transmise à tous les magasins de la chaîne et c’est ce qui a provoqué la double interpellation à Liège.

L’escroc a donc été arrêté, tout comme son jeune complice. Ce dernier a admis les faits, tout en expliquant que ce n’était que la deuxième fois qu’il aidait son copain (qui est par ailleurs son cousin). Mineur, il a été déféré au parquet de Bruxelles. Le majeur, Imrane (18 ans), a, quant à lui, été déféré dimanche, au parquet de Liège. Le complice habituel serait, quant à lui, recherché, mais se trouverait actuellement à l’étranger.