Faits divers Des combattants de l’État islamique auraient quitté la Syrie afin de rejoindre l’Europe.

Après le massacre homophobe d’Orlando et au lendemain de l’assassinat près de Paris par un islamiste radicalisé d’un couple de policiers, la cellule antiterroriste belge a adressé à tous les services de police ce message d’alerte de menace imminente que la DH a pu se procurer : "Des combattants auraient quitté la Syrie il y a environ une semaine et demie afin de rejoindre l’Europe via la Turquie et la Grèce, en bateau, sans passeport. Ces personnes se sépareraient en deux groupes, l’un pour la Belgique, l’autre pour la France, afin d’aller commettre des attentats par groupe de deux. Toujours selon les renseignements recueillis, ces personnes seraient déjà en possession de l’armement nécessaire et leur action serait imminente."

S’agissant de la menace sur le territoire belge, trois cibles sont citées : un grand centre commercial bruxellois, un restaurant (non localisé) d’une chaîne fast-food américaine et une cible policière, de type commissariat (non localisé).

Toujours selon les informations en notre possession, le Centre de Crise, en lien avec le maintien par l’Ocam du niveau "3, grave" de la menace (comme la DH avait pu le révéler dès le samedi 5 juin en rapport avec le mois de ramadan), recommande depuis la semaine passée aux autorités administratives et "sur l’ensemble du territoire", d’envisager l’éventualité de "maintenir, reporter ou annuler les grands événements sur le territoire de leur commune".

Pour préciser la menace, l’Ocam rappelle que des armes et explosifs en possession de la cellule responsable des attentats du 22 mars "n’ont pas été retrouvées".

Comme importants facteurs de risque aggravants, l’Ocam ajoute la prochaine implication de la Belgique dans des frappes aériennes en Syrie à partir du 1er juillet, l’incertitude "quant à certains de nos djihadistes dans la zone Syrie/Irak" ainsi que les revers sut le terrain subis par Daech dans la zone de guerre.

L’Ocam insiste qu’"il y a des cellules dormantes de l’État islamique en Europe". Pour les services belges, "la France reste la cible de prédilection pour l’EI" mais "on ne peut exclure qu’elles (les cellules) pourraient exécuter un ou des attentats également en Belgique. […] En cas de nouv(el)aux attentat(s), il(s) viserai(ent) à faire un maximum de victimes (et) pourraient également viser certaines infrastructures (communications, nucléaires e.a.)"

"Impact : grand nombre de victimes. Il y aurait une retombée sur la vie sociale en Belgique et une forte répercussion aux niveaux national et international. Nous estimons la menace comme haute, voire très haute (en gras, NdlR) en fonction du nombre de victimes et/ou l’infrastructure qui serait visée".

L’Ocam précise : "L’EI a l’intention et la capacité d’exécuter la menace."

© dr

On constate, à la lecture de la note, que la liste des cibles potentielles est considérablement augmentée.

Outre des personnalités belges et étrangères dont la famille royale et plusieurs ministres en vue, les ports et aéroports, les moyens de transport (métro, etc.), les gares internationales (dont les trois principales gares bruxelloises), plus de 15 ambassades, sièges d’organisations européennes et internationales et bâtiments publics (Justice, etc), la nouvelle liste ajoute : "les rassemblements que l’ Euro 2016 va provoquer en Belgique (écrans géants dans des espaces publics), les hôpitaux et en particulier l’Hôpital militaire (Neder-Over-Hembeek), les centres commerciaux, des grands hôtels, les concentrations, concerts, festivités et lieux de divertissement, les rues commerçantes et quartiers piétonniers (la Bourse est citée), les lieux de culte, etc."

Enfin, l’Ocam ajoute qu’il "ne faut pas se focaliser uniquement sur les grands centres urbains. Des villes de province peuvent être visées".

Réaction du directeur de l’Ocam

Hier soir, Paul Van Tigchelt - directeur de l’Ocam - confirmait l’information mais souhaitait la relativiser. "L’Ocam reçoit toutes sortes d’informations. Il s’agit le plus souvent d’informations brutes. C’est notre mission, en lien avec nos partenaires, de les contextualiser, de les analyser et de vérifier leur fiabilité. Sur base de cet exercice, nous avons conclu que relativement à ces informations, il n’y avait pour l’instant pas nécessité d’augmenter le niveau de la menace par rapport aux cibles qui sont mentionnées."

Un message d’Abrini intercepté en prison

Détenu à la prison de Beveren, le terroriste des attentats de Bruxelles, Mohamed Abrini, 31 ans, correspondait en cachette avec un autre suspect. Le trafic a été découvert par hasard mardi par un codétenu qui a immédiatement prévenu la direction. Le codétenu a intercepté un courrier écrit en arabe sur une feuille de format A 4. Abrini avait écrit : "Il y a quelque chose qui bouge en France."

Apparemment, le terroriste se servait d’un autre détenu ou d’un surveillant pour faire parvenir le message à Marouan El Bali, l’unique survivant de l’assaut de Verviers, le 15 janvier 2015. Hier soir, l’administration pouvait confirmer qu’Abrini et El Bali étaient détenus à Beveren, dans des sections différentes, la 1ère et la 3e. "La police a immédiatement été prévenue. Elle va pouvoir enquêter." Abrini est détenu en attente de son extradition vers la France qui s’effectuera via Melsbroek.