Faits divers

La loi durcissant l’accès à la libération conditionnelle a été publiée au Moniteur belge en début de semaine

GAND Kim De Gelder a donc été condamné à la réclusion à perpétuité. “La manière lâche dont les victimes ont été tuées prouve que Kim De Gelder manque totalement d’empathie et de conscience des normes”, a motivé la cour d’assises.

Kim De Gelder est aussi déchu de ses droits et ne pourra jamais plus posséder d’arme.

L’avocat général avait souligné, en requérant sur la peine, que quatre des victimes de Kim De Gelder avaient écopé, elles, de la peine de mort et les autres de la perpétuité.

Il avait demandé de lui infliger la peine la plus sévère, la réclusion à perpétuité, sans toutefois l’assortir d’une mise à disposition. La loi l’organisant est en effet entrée en vigueur après les faits et le droit belge postule que la loi pénale n’est pas rétroactive, sauf si elle est plus favorable à l’accusé.

L’avocat général a précisé au jury que s’il condamnait l’accusé à la perpétuité, De Gelder pourrait commencer à demander sa libération conditionnelle dans onze ans, après qu’il aura purgé quinze ans de prison. La loi durcissant l’accès à la libération conditionnelle a été publiée au Moniteur belge en début de semaine.

Désormais, les personnes condamnées à trente ans de prison ou à perpétuité pour des crimes graves ayant causé la mort ne peuvent plus être éligibles à la libération conditionnelle après avoir purgé un tiers de leur peine comme c’était le cas. Elles devront avoir purgé au minimum la moitié de leur peine.

© La Dernière Heure 2013