Faits divers

Un accident attribué à un sabotage des rebelles maoïstes

BOMBAY Les sauveteurs ont retrouvé samedi de nouveaux corps de victimes prisonnières de la carcasse d’un train au lendemain de l’accident dans l’est de l’Inde attribué à un sabotage des rebelles maoïstes, les autorités craignant que le bilan ne dépasse les 150 morts.” Le bilan est désormais de 115 morts avec la découverte de nouveaux corps”, a déclaré l’inspecteur général de la police du Bengale occidental, Surajit Kar Purakayastha.

Plus de 30 heures après le déraillement d’un train express reliant Calcutta à Bombay, le bilan devrait continuer à s’alourdir. Plus de 200 personnes ont été blessées, certaines très grièvement. Le drame s’est produit vendredi à environ 1 h 30 (22 h, heure belge, jeudi) dans un bastion maoïste à environ 135 km à l’ouest de Calcutta, capitale du Bengale occidental.

Le train bondé de passagers assoupis a déraillé et s’est encastré dans un convoi de marchandises. L’accident a été attribué par les autorités à un acte de sabotage de la sanglante rébellion maoïste qui sévit dans de nombreux Etats du pays.

L’une des voitures du train écrasées par le train de fret devait encore être fouillée et une cinquantaine de passagers étaient toujours portés manquants.

Des vêtements déchirés et tachés de sang jonchaient les lieux, tandis que des rescapés tournaient anxieusement autour des équipes de secours, espérant retrouver un proche vivant dans la masse d’acier tordu.” Je cherche ma femme et mes trois enfants depuis l’accident. J’ai trouvé leurs sacs… mais pas eux” , dit Surendra Singh, âgé de 38 ans.

Les causes précises du déraillement étaient encore confuses. La ministre des transports ferroviaires a parlé “d’explosion d’une puissante bombe” mais la police a fait valoir des preuves selon lesquelles des plaques métalliques utilisées pour assembler des sections de la voie ferrée avaient été enlevées.

La police a catégoriquement désigné les maoïstes, soulignant que de la propagande maoïste avait été retrouvée sur le site.



© La Dernière Heure 2010