Faits divers Selon nos informations, la piste d’une complicité interne est clairement envisagée.

Hier matin, vers 8 h 40, deux hommes au visage masqué ont pénétré, armes à la main, dans le supermarché Colruyt d’Evere. Ils ont foncé vers le local du gérant du magasin et l’ont tenu en respect avant de le malmener. La victime était en train de trier le contenu des caisses.

Les braqueurs sont repartis avec le contenu des caisses. Le montant du butin n’a pas été communiqué, hier. Selon le porte-parole du parquet de Bruxelles, le substitut Denis Goeman, les auteurs avaient le visage camouflé par "des masques d’Halloween".

La police est intervenue rapidement sur les lieux. Le gérant, "malmené" par les voleurs, selon le parquet de Bruxelles, a été conduit à l’hôpital, en état de choc. Le laboratoire de la police fédérale a été dépêché sur place, ainsi que l’hélicoptère de la police, afin de tenter de trouver la piste des suspects. Une enquête de voisinage a également été menée.

Hier soir , les autorités n’avaient pas encore mis la main sur les auteurs. Selon nos informations, que le parquet n’a pas souhaité commenter, la piste d’une complicité interne est privilégiée. En effet, les suspects devaient savoir que le gérant triait le contenu des caisses au moment où ils sont passés à l’action.

Les faits interviennent une semaine après un autre braquage d’un supermarché Colruyt, dans des circonstances différentes. Un employé en route vers la banque avec le contenu des caisses avait été agressé par deux hommes masqués et encagoulés, dans le parking souterrain du magasin. Les auteurs avaient filé avec leur butin, laissant sur place leur victime, indemne. Le parquet de Bruxelles considère, pour l’heure, que les deux braquages ne sont pas liés.

Contactée, la direction de Colruyt a confirmé que le braquage a bien eu lieu dans le magasin, au moment de son ouverture. "En ce qui concerne la comparaison avec les événements de Laeken, nous considérons que ces deux faits ne sont en aucun cas liés. Dans un souci de sécurité à la fois pour nos collaborateurs et nos clients, et afin de ne pas interférer dans l’enquête, nous ne donnerons pas d’autre information", indique-t-on du côté de la chaîne de supermarchés.