Faits divers Le rappeur avait fait polémique avec son titre Don’t Laïk paru une semaine avant l’attentat contre Charlie Hebdo.

Des députés de la droite et de l’extrême droite françaises sont vent debout depuis l’annonce de la venue du rappeur Médine dans la salle du Bataclan les 19 et 20 octobre prochains. Certains estiment que c’est un manque de respect pour les victimes des attentats de Paris.

Le président du parti les Républicains, Laurent Wauquiez, a fait part sur Twitter de son indignation : "Au Bataclan, la barbarie islamiste a coûté la vie à 90 de nos compatriotes. Moins de trois ans plus tard s’y produira un individu ayant chanté ‘crucifions les laïcards’ et se présentant comme une ‘islamo-caillera’ . Sacrilège pour les victimes, déshonneur pour la France."

Le rappeur français avait fait polémique en janvier 2015 avec son titre Don’t Laïk et des paroles comme "crucifions les laïcards comme à Golgotha" et "j’mets des fatwas sur la tête des cons". Ce titre avait paru une semaine avant l’attentat contre Charlie Hebdo. L’homme avait réagi à l’époque en expliquant qu’"un musulman ne peut pas avoir une critique objective de la laïcité. J’en ai fait les frais. Je me revendique de cet esprit outrancier, satirique au nom de la liberté d’expression pour pouvoir blasphémer une valeur lorsqu’elle est dévoyée."