Faits divers Les femmes qui ont recours à la "prostitution alimentaire", en plus d’avoir un travail, sont de plus en plus nombreuses.

En Belgique, la pauvreté touche un enfant sur trois. 23% des parents peinent à boucler leurs fins de mois, rapporte une enquête des mutualités socialistes. Une précarité qui pousse de plus en plus de mères de famille, seules, à recourir à la prostitution. En plus de leur travail, elles louent leurs charmes pour pouvoir vivre un peu plus confortablement et payer leurs factures.

Leur nombre est inconnu des autorités. Elke Sleurs, secrétaire d’État à la lutte contre la pauvreté, interpellée par la députée fédérale Nawal Ben Hamou (PS), indique: "À ma connaissance, il n’existe pas de chiffres détaillés sur le phénomène de la prostitution alimentaire."

Elle reconnaît que le phénomène existe mais (...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.