Faits divers Des vandales ont attaqué une cabine de télécommunication de Proximus, provoquant une immense panne.

Des milliers de clients de Proximus issus de différentes communes de la province du Hainaut ont été privés de connexion Internet ce dimanche suite à des actes de vandalisme perpétrés sur une cabine de télécommunication de l’opérateur.

Les vandales ont sectionné des gaines de câble d’une cabine située à Tamines, ce qui a complètement coupé les connexions pendant de longues heures. Les réseaux mobiles mais aussi la B-box, c’est-à-dire Internet et téléphone, étaient complètement coupés.

À treize heures, les habitants de plusieurs communes ont retrouvé leur connexion mais les habitants de Fleurus, Moustier-sur-Sambre, Mellet, Tamines, Sombreffe et Tilly sont restés privés d’Internet et de télévision plus longtemps.

"Nous espérons que la grande majorité des problèmes sera réglée d’ici 22 h ce dimanche", avait signalé le porte-parole de Proximus, précisant que des connexions seraient remises en service tout au long de la journée.

La police a été appelée sur place pour constater l’intrusion. Une enquête a par ailleurs été ouverte.

Cette attaque rappelle les récents incendies qui se sont déroulés derrière la gare de Namur. Des personnes malintentionnées avaient alors bouté le feu au même genre de cabine afin de mettre les systèmes d’alarme hors circuits.

Cette hypothèse n’est pas écartée pour cette affaire même si aucun cambriolage n’a été constaté par la police locale.

Les derniers problèmes techniques liés à cet acte de vandalisme devraient être rétablis dans la journée de lundi. "On fait tout notre possible pour réparer au plus vite la panne et limiter au maximum les désagréments pour nos clients", a indiqué Haroun Fenaux, porte-parole. Celui-ci a par ailleurs précisé que les techniciens étaient à pied d’œuvre depuis tôt dimanche matin.


Le mobile reste indéterminé

À Gosselies, comme à Tamines, c’est une cabine Proximus située sur le pont de la N5 qui a été visitée par les vandales, samedi soir. Là aussi, des gaines de câbles ont été sectionnées, privant des milliers de foyers de connexion Internet. La police locale de Charleroi a été requise à Gosselies pour constater les faits.

Pour l’heure, le mobile reste indéterminé. "Il s’agit a priori de vandalisme pur et simple", explique le porte-parole de la zone de police carolorégienne, David Quinaux. "Mais évidemment, le fait qu’une autre cabine ait été la cible d’un acte identique dans la région de Sambreville pose question. La piste d’un sabotage pouvant permettre de désactiver l’alarme d’une banque ou d’un commerce n’est pas complètement écartée. Cependant, nous n’avons constaté aucun cambriolage lié à cette affaire durant le week-end". Ce dimanche, la plupart des grandes enseignes commerçantes et bancaires étaient évidemment fermées. Peut-être y aura-t-il donc de mauvaises surprises ce lundi, lors de leur ouverture…

Enfin, par le passé, un autre type de sabotage avait déjà fait l’objet d’un procès devant le tribunal correctionnel de Charleroi : un employé d’Ores, qui n’acceptait pas son licenciement, avait mis plusieurs cabines électriques hors service…