Faits divers En octobre dernier, Salah Abdeslam a reçu une lettre de Dieudonné, rapporte Le Parisien. L’humoriste controversé, condamné à plusieurs reprises pour injures et provocations à la haine raciale, travaille à l'écriture d'un livre sur les attentats. C'est dans ce cadre qu'il a souhaité rencontrer le dernier membre vivant du commando des attentats de novembre 2015 à Paris.

"Nous ne voulons pas parler des actes qui vous sont reprochés. Ce qui nous intéresse est de comprendre votre état d’esprit et les raisons qui vous ont poussé à agir. La violence est un mode d’expression qui surgit quand tous les autres ont échoué: l’attentat a pour but d’envoyer un message fort qu’on ne peut transmettre autrement. C’est en tout cas comme ça que nous le comprenons. En discutant avec vous, nous espérons mieux comprendre la profonde révolte qui vous habite et à laquelle la société reste sourde", écrit Dieudonné dans son courrier.

Cette demande de rencontre a été refusée par le juge d'instruction. Les parties civiles ont été stupéfaites par la démarche de Dieudonné. "Cette lettre nous pose un problème. Il y a une inversion des valeurs. L’humoriste présente le terroriste comme une victime de la société en état de légitime défense. A partir de cette analyse, on peut tout légitimer", indique Me Gérard Chemla, avocat de plusieurs victimes.

Ce n'est pas la première fois que Dieudonné écrit à un détenu. Il avait contacté le terroriste Carlos. Pour Me Jacques Verdier, l'avocat du polémiste, Dieudonné n'avait pas l'intention de provoquer en écrivant ce courrier à Salah Abdeslam. "Il ne s’agit pas du tout d’une provocation ni d’une quelconque sympathie pour le terrorisme. Il y a une volonté de comprendre le moteur qui a conduit à ces actes. C’est un travail de construction que M. Dieudonné effectue avec deux psychothérapeutes."