Disparition à Gerpinnes: la mère de la fillette privée de liberté

Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Faits divers

Le témoignage de la mère comporte des incohérences

GERPINNES


Les recherches se poursuivent, à Gerpinnes, pour tenter de retrouver Diana Farkas, une fillette de 4 ans disparue depuis lundi. Sa mère, qui a modifié ses déclarations, a été privée de liberté. Les enquêteurs recherchent toute personne ayant vu l'enfant entre dimanche 16h et lundi après-midi. Aucune piste n'est actuellement écartée, indique le procureur du Roi faisant fonction, qui précise que la mère de l'enfant a été privée de liberté pour une durée de 24 heures. L'affaire a été mise à l'instruction entre les mains du juge Pierre Hustin.


Dans sa première version, la maman avait expliqué avoir déposé Diana à l'école lundi matin et l'avoir laissée dans le couloir jouxtant sa classe. Or, cette classe était exceptionnellement déplacée au réfectoire pour une répétition de spectacle de fancy-fair. Ce n'est que lorsqu'elle est venue rechercher l'enfant que la disparition a été signalée aux autorités. Le personnel enseignant affirme n'avoir vu ni Diana, ni sa mère. Des recherches ont été effectuées aux alentours de l'école, sans résultat.


Interrogée par la cellule Disparition, la mère a modifié plusieurs fois sa version. Selon ses dernières explications, elle aurait laissé Diana dans la voiture le temps de faire une course sur le chemin de l'école. A son retour, la petite avait disparu et, dans la panique, la mère n'aurait pas osé le signaler.
Child Focus a d'ores et déjà lancé un avis de recherche, également diffusé dans les aéroports. Agée de 4 ans, Diana Farkas est une petite fille à la peau basanée, avec des cheveux noirs tressés jusqu'au niveau des oreilles. Selon les dires de sa mère, elle était vêtue d'une robe rouge, d'un manteau fuschia, d'un legging blanc et de chaussures ou sandales dorées ou argentées. "Toute personne ayant eu un signe de vie de Diana depuis dimanche 16 heures est priée de contacter le 116000 ou le 0800/30300 le plus vite possible", demande un enquêteur de la cellule Disparition de la police fédérale.

La privation de liberté prolongée de 24 heures



Le juge d'instruction Pierre Hustin a décidé de prolonger de 24 heures la privation de liberté de Juliana Santana Duran, la mère de la petite Diana, disparue depuis dimanche. La mère n'a pour l'heure fait l'objet d'aucune inculpation et n'est pas sous mandat d'arrêt.

Autrefois limitée à 24 heures, cette privation de liberté peut aujourd'hui être doublée, selon les nouvelles dispositions engendrées par la loi Salduz.
Cette décision ne se fait pas "de droit" et n'est pas liée à la gravité du dossier, mais doit être motivée par le juge d'instruction. Cette motivation peut consister en l'attente d'une expertise, d'une recherche ou d'un autre devoir d'enquête.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner