Faits divers

Un bar-club privé de Tournai, l'un de ceux exploités par Dominique Alderweireld, alias Dodo la Saumure, était victime mercredi soir d'une attaque à main armée. 

Les agresseurs se sont emparés d'argent. Si le montant n'a pas été précisé par le parquet de Tournai, Dodo, contacté en début de soirée par nos soins, précisait que les auteurs n'avaient pas dérobé plus de 300 à 400 euros.

Les faits se sont passés dans la nuit de mercredi à jeudi dans un établissement de nuit implanté le long de l'avenue de Maire à Tournai. Il s'agit du bar-club privé appelé Le 130, sur la façade duquel ce personnage bien connu dans le milieu de la prostitution venait récemment d'installer une bâche citant un psaume issu de l'évangile selon Saint-Mathieu.

© D.R.

Vers 3h10 du matin, deux individus se sont présentés à la porte de cet établissement. L'un des deux hommes est entré. La dame qui avait ouvert la porte lui a signalé que l'établissement fermait ses portes. C'est alors que le second individu, porteur d'une capuche, a violemment poussé la porte d'entrée avec son coude et son épaule. L'intéressé est aussi entré dans le bâtiment. Dans la foulée, la dame a été projetée vers l'arrière mais n'est pas tombée au sol. Prenant peur, cette dame s'est dirigée vers le bar. Un des individus l'a suivie. Il a alors déclaré à la victime: "J'ai un flingue, balance la caisse!".

Après cette menace, la victime lui a lancé une enveloppe contenant une partie de la recette. Les deux auteurs ont pris la fuite dans une direction inconnue.

Une enquête a été ouverte par la police de la zone du Tournaisis. Le parquet de Tournai-Mons a été avisé des faits. Selon Alderweireld, "la police va rapidement remonter à eux. (...). En fait, il y a des caméras et tout à été filmé. Avec les enregistrements vidéo, on pourra facilement les identifier." Selon Dodo la Saumure, "ce sont sûrement des toxicomanes qui avaient besoin d un peu d argent pour se procurer leur drogue."

Sur la façade du bar, la bâche installée par Alderweireld affirme: "Les prostituées vous précéderont dans le Royaume de Dieu."

"Cela ne les a pas dissuadés" , réagissait Dodo contacté sur son lieu de villégiature à Gérardmer dans les Vosges. "De nos jours, on ne respecte décidément plus rien."

Trois travailleuses du sexe étaient présentes, ainsi qu'un client (dans une chambre).

"C'est la première fois qu'un de nos établissements subit un vol à main armée. On avait déjà eu un vol dans un de mes bars à Philippeville. Mais celui-là était sans violence. Pas comme cette nuit au 130."