Faits divers Son interview sans concession depuis la cellule de Leuze. "Je ne comprends pas ce que je fais ici".

"Faut pas s’inquiéter. Les détenus se plaignent mais franchement, ici, à la prison de Leuze, les conditions sont top. On ne mange pas mal. Je n’ai rien à redire sur la cuisine. Sur les gardiens non plus. Tout le monde est très correct. Les gens sont sympas. J’ai même un fan-club ici. Ce que je ne comprends pas, c’est le sens de ma détention. Je ne comprends pas ce que je fais ici ", claironne, au téléphone, Dominique Alderweireld, alias Dodo la Saumure, arrêté et détenu depuis le 26 juillet dernier à la prison de Leuze alors que sa compagne, Béatrice Legrain, séjourne à celle de Mons.

"Ça aussi, c’est absurde. On voulait nous empêcher de communiquer et de communiquer avec tout le monde. En fait, je téléphone d’ici à qui je veux. Moi ? M’empêcher de parler ? Vous rigolez ? Et pourquoi me faire taire ? Je n’ai rien à cacher."

Dans cette interview réalisée lundi midi, Dominique Alderweireld nie les faits qui lui sont reprochés : traite des êtres humains, blanchiment, fraude sociale et bris de scellés.

"D’accord pour les bris de scellés. C’est vrai pour ceux qui étaient mis au 141, mais rappelez-vous, il faisait une telle chaleur en juin. Quant à l’autre bar, le 36, il n’y avait de scellés que sur un frigo. OK, les filles l’ont ouvert. Et quoi ? Soyons sérieux : on ne met pas quand même pas les gens en taule pour un frigo, hein ?"

(...)