Faits divers Un autre train rempli de passagers se trouvait à proximité.

Une semaine après le drame de Morlanwelz qui a coûté la vie à deux ouvriers d’Infrabel, l’enquête se poursuit et de nombreuses questions restent, pour l’instant, sans réponse. Il est clair que l’accident laissera des séquelles dans l’esprit de tous ceux qui l’ont vécu de près ou de loin. Un accident qui aurait, selon nos confrères du Soir, pu être pire encore.

Les documents dont ils ont pu prendre connaissance font en effet état de la présence d’un second train rempli de passagers sur la ligne empruntée par le train fantôme. Sans la réaction des équipes ferroviaires ce soir-là, qui ont fermé les signaux devant lui et donc fait passer les feux au rouge, il est fort à parier que ce dernier aurait croisé la route du train fantôme et aurait été coupé en deux. "Ce train était arrêté à une bifurcation et il n’est pas improbable qu’il eut été pris en ciseaux par le train fantôme si les choses s’étaient passées autrement. Mais nous sommes dans le domaine des si et confirmer ce qu’il se serait ou non passé est difficile… Il s’agit de suppositions", déclare-t-on du côté d’Infrabel. "L’enquête se poursuit, elle devra faire la lumière sur ces tragiques événements. De notre côté, nous ne pouvons rien dire de plus."

À la vue des éléments dont disposent nos confrères, il apparaît certain que le bilan aurait pu être plus lourd encore. La coupure de courant opérée par la cabine de signalisation de La Louvière a en effet entraîné la fermeture des signaux devant le train 3839, en provenance de La Louvière-Centre, l’immobilisant sur les voies. Si ce dernier avait poursuivi sa route, il se serait forcément retrouvé sur la route du train fantôme, à hauteur de la zone d’aiguillage en Y "La Paix", et aurait été coupé en deux.

C’est finalement le train 940 qui s’est transformé en obstacle inévitable et qui a subi la collision avec le train fantôme, à hauteur de Bracquegnies. Dans le choc, la dernière voiture du 940 et les deux premières voitures de l’automotrice incontrôlable ont déraillé. Cinq blessés sont à déplorer, dont deux grièvement. Depuis, le trafic sur la dorsale wallonne était interrompu afin de permettre aux équipes de la SNCB et d’Infrabel d’évacuer les carcasses accidentées et de réparer les voies endommagées. La circulation entre Mons et La Louvière-Sud devrait pouvoir reprendre normalement ce lundi matin.