Faits divers

L’avocat Reginald de Beco nous précise également que son client est effondré


BRUXELLES L’homme qui a tué Charlotte Antoniewicz s’est constitué lui-même prisonnier. C’est également lui qui a permis aux policiers de retrouver le corps de la jeune fille de 18 ans en leur indiquant l’endroit où il avait abandonné la valise dans laquelle il avait enfermé la victime. Ce lundi matin, son avocat, Reginald de Beco, l’a assisté lors de son audition devant le juge d’instruction bruxellois.

“C’est un homme effondré. Et le mot est faible. Il n’arrête pas de se demander pourquoi il a fait ça. Au moment des faits, il se trouvait dans un état d’ébriété très avancé. Il avait consommé énormément d’alcool.”

Toujours selon le pénaliste, son client n’avait aucun antécédent judiciaire. “Il n’était pas recherché non plus”, précise l’avocat. Le meurtrier serait âgé de 33 ans. Il vivait seul et était plutôt fragile, nous précise son avocat sans vouloir en dire davantage. Il ne connaissait pas sa victime avant de la rencontrer samedi soir dans un bar de Woluwe-Saint-Lambert.

Après avoir tué la jeune fille, l’homme a erré plusieurs heures avec le corps à bord de sa voiture avant de l’abandonner dans une valise. Et s’il s’est rendu, c’est en raison de l’inquiétude suscitée chez les proches de la jeune fille par sa disparition. “Il s’est rendu compte de son geste et il dit qu’il n’a pas voulu laisser la famille dans le doute”, nous précise encore Me de Beco.

Incarcéré à la prison de Forest, le meurtrier en aveux passera vendredi devant la chambre du conseil, où son mandat d’arrêt devrait être confirmé.



© La Dernière Heure 2011