Faits divers En fugue de l’IPPJ, Soufiane a été arrêté à Antalya où il allait passer ses vacances…

Un petit séjour dans un hôtel en bord de mer à Antalya. En famille. Rien que ça. Voilà ce que comptait s’offrir Soufiane E., 16 ans. Audacieux, ce Bruxellois, pourtant en cavale, s’est donc rendu ce week-end à l’aéroport de Zaventem. Direction la Turquie pour des vacances en famille. Et le plus incroyable, c’est que ce cher Soufiane a embarqué sans souci dans l’avion à destination de la ville pourtant connue pour avoir été longtemps un lieu de passage de jeunes djihadistes vers la Syrie. Aucun problème pour le jeune homme au contrôle des passagers effectué à Zaventem.

De quoi sérieusement se poser des questions sur la sécurité de l’aéroport lorsqu’on sait qu’à peine arrivé sur le sol turc, l’adolescent a immédiatement été recalé par les autorités locales.

Et pour cause, en fugue depuis le mois de mars dernier de l’IPPJ de Fraipont, Soufiane E. était signalé sur le plan international. Ce que les policiers turcs n’ont pas manqué de constater. L’adolescent a donc été contraint de rentrer à Bruxelles dans la nuit de mardi à mercredi. Son père a tenu à l’accompagner. Les autres membres de la famille sont restés sur place, à Antalya.

Contacté par nos soins, le parquet de Bruxelles nous confirme qu’un mineur d’âge a été interpellé par les autorités turques suite à un signalement international relatif à la fugue du jeune homme d’une institution de protection de la jeunesse. Le porte-parole du parquet, Denis Goeman, se refuse à tout autre commentaire.

Selon nos informations, Soufiane était non seulement signalé suite à sa fugue de l’IPPJ de Fraipont mais il était également soupçonné d’être radicalisé.

Alors que la Belgique est toujours au niveau 3 de la menace terroriste, cette affaire a de quoi relancer le débat sur l’efficacité des contrôles à l’aéroport de Zaventem. Comment peut-on en effet laisser passer un jeune homme pourtant interdit de quitter le territoire ?