Faits divers Un an après l'attaque à main armée, le principal suspect a été interpellé

MACHELEN C'était le 30 janvier 2004, vers 19 h 30. Une violente attaque à main armée s'est déroulée à la station service Esso, à Machelen. Rudy, un policier en congé, s'y trouvait justement. Lorsqu'il a vu les malfrats s'en prendre à l'employé, il est intervenu au péril de sa vie puisque la réplique fut immédiate: plusieurs balles l'ont atteint à la hanche, la main et la tête! C'est un miracle qu'il en soit sorti en vie.

Après plus d'un an d'enquête, les policiers ont interpellé un des principaux suspects. Hier, Cihan, 21 ans, était extrait de la prison - où il était détenu pour d'autres méfaits - et auditionné par le juge d'instruction qui l'a placé sous mandat d'arrêt.

Mais revenons au 30 janvier. Une heure avant l'attaque à main armée, les mêmes malfrats commettent un car-jacking sur le parking du Woluwe Shopping Center. Trente minutes plus tard, les malfrats qui avaient dérobé une VW Golf commettent un braquage sur un magasin Covée, sur la chaussée de Malines, à Kampenhout. Sous la menace d'une arme à feu qu'ils n'hésitent pas à pointer sur la tête d'une des caissières, ils dérobent le contenu des caisses. Butin: 13.000 euros. Trente minutes plus tard, troisième méfait: l'attaque de la station-service Esso de Machelen lors de laquelle le policier a été blessé. Un des malfrats prendra la fuite à bord de la VW Golf volée au Shopping (dont la plaque appartenait à une voiture car-jackée le même jour!), le second car-jackera la Peugeot 106 au réservoir vide...

L'enquête va pouvoir alors commencer. D'abord par une douille trouvée dans la station-service, mais aussi et surtout par de minutieuses recherches et comparaisons des faits. C'est ainsi que les policiers font le rapprochement avec six autres car-jackings. Quatre commis le 10 février 2004, entre 12 h 15 et 17 h 45, et deux autres le lendemain entre 15 h et 15 h 30.

C'est à la suite de ces vols que deux auteurs ont été interpellés, Roudy et Cihan. Et là, les policiers vont tomber sur un indice capital: une douille trouvée dans une des voitures car-jackées en février. Il ne suffisait plus qu'à la comparer avec celle trouvée à la pompe à essence... Résultat: les deux projectiles ont bien été tirés de la même arme!

Il ne restait plus qu'à peaufiner le dossier. Le détecteur de mensonges clôturera l'enquête. Roudy, qui expliquait ne pas avoir tiré les coups de feu, disait vrai. Tout comme son affirmation: c'était Cihan qui la détenait et qui a tiré. Ce dernier a été placé hier sous mandat d'arrêt.

© La Dernière Heure 2005