Faits divers Le garagiste nivellois qui fut le suspect n° 1 pour le meurtre de Xavier Baligant, a été acquitté : José Oliveira n’a jamais recruté de gros bras.

Un ADN suspect a été isolé et est exploité en ce moment dans l’enquête sur le meurtre il y a cinq ans et demi de Xavier Baligant. Cet ADN donne l’espoir d’une avancée dans l’affaire de ce Belge de 29 ans mystérieusement tué en 2011 lors d’un arrêt pipi sur une aire de parking d’autoroute près de Nancy. C’est ce qu’a pu nous indiquer mardi Me Christian Dalne (lire nos autres articles), avocat de la famille Baligant.

Et ce, alors qu’une autre piste se dégonfle totalement : le garagiste nivellois José Oliveira, qui fut suspect, vient d’être acquitté à Mons. Oliveira, qui avait une relation avec l’ex-femme de Baligant, était suspecté quatre mois après le meurtre d’avoir recruté des gros bras pour régler un différend avec un ancien employé. S’il avait utilisé le procédé le 16 novembre 2011, ne l’avait-il pas fait le 20 juillet précédent pour faire éliminer Baligant ? Les enquêteurs puis des médias avaient fait le rapprochement. C’était la piste d’un crime motivé par la jalousie. Et elle se dégonfle. José Oliveira n’a jamais recruté de gros bras. Selon nos informations exclusives, le tribunal correctionnel de Mons vient de l’acquitter !

C’était facile pour cet ancien employé de profiter de l’affaire Baligant pour accuser son patron. L’employé prétendait qu’Oliveira, "qui lui devait 30.000 euros", l’avait" kidnappé à La Louvière, l’avait emmené dans son garage à Nivelles, l’avait ligoté, frappé et encore torturé , disait-il, en lui enfonçant dans la bouche le canon d’une arme, puis l’avait relâché près de l’hôtel Nivelles Sud".

Ces accusations avaient fait du garagiste le suspect numéro 1 en tant que commanditaire de l’assassinat de Xavier Baligant.

Cinq ans après, Oliveira et son beau-fils étaient jugés à Mons pour séquestration, coups et blessures, vol avec violence et menaces : le tribunal vient de les acquitter. Nous avons patienté 40 jours pour vérifier si le parquet et le parquet général allaient interjeter appel : ils ne l’ont pas fait. L’acquittement est donc définitif, confirment les avocats Hamid El Abouti et Yannick De Vlaemynck (qui se refusent à tout autre commentaire).

Des éléments d’apparence troublante ont été remis dans leur contexte. Ainsi l’arme de poing trouvée chez le garagiste était un pistolet d’alarme tirant des billes en plastique. Il y avait ce SMS disant : "J’en connais qui font beaucoup de choses pour 100 boules"; ce n’était finalement qu’une blague idiote du fils du garagiste. Plus gênant était le témoignage de l’ex-femme de Baligant. Mihaela vivait chez Oliveira et l’accusait formellement d’avoir kidnappé son employé. Mais quinze jours plus tard elle revenait sur son témoignage et avouait qu’elle n’avait fait en réalité que des "suppositions".

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.