Faits divers Cela faisait scandale il y a douze jours : condamné à cinq ans ferme en décembre pour avoir tué une fillette à vélo, il avait été libéré en mars pour motif médical.

L’information avait provoqué de vifs remous il y a douze jours, quand Het Nieuwsblad avait révélé que Muhammed Aytekin, condamnné à cinq ans d’emprisonnement ferme le 12 décembre 2016, avait déjà été libéré le 30 mars 2017 pour raisons médicales.

Le Schaerbeekois de 22 ans était jugé pour avoir renversé, le 28 octobre 2015, à Vilvorde, Merel De Prins, une fillette de 12 ans qui n’avait pas survécu à ses blessures, et pour avoir pris la fuite.

Rentrant de l’école, la fillette traversait la route à vélo sur une piste cyclable et, bien que n’ayant jamais obtenu le permis de conduire, Muhammed Aytekin avait déjà précédemment été condamné à sept reprises par le tribunal de police pour conduite sans permis et sans assurance ou document.

Au moment de l’accident, le chauffard était sous le coup d’une déchéance et, selon les experts, roulait à 85 km/h en agglomération, au volant d’une BMW qui, comme dit précédemment, n’était pas assurée.

Aytekin avait laissé la fillette gisant près du vélo sur la chaussée, et pris la fuite pour la Hongrie.

L’annonce de sa remise en liberté provisoire avait fait scandale le 26 juillet dernier. Selon son avocat Yannick De Vlaemynck, celle-ci était due à l’état de santé de son client atteint d’une maladie sévère des yeux le rendant aveugle. Le ministre de la Justice avait rappelé qu’une libération pour motif médical est toujours temporaire, liée à un état médical qui évolue.

Selon nos informations , le parquet de Bruxelles a décidé de convoquer Muhammed Aytekin la semaine prochaine devant le TAP et demander la révocation de sa libération. En clair, le retour en prison du chauffard qui a tué Merel. Le parquet confirme : l’audience devant le Tribunal d’application des peines est fixée au mercredi 16 août.

Le parquet s’appuie sur un rapport récent du médecin légiste qui indiquerait que l’état médical d’Aytekin s’est amélioré et ne serait pas (ou plus) incompatible avec la détention.

Pour Me Yannick De Vlaemynck, le parquet "semble céder à la pression médiatique". Pour l’avocat, l’état médical de son client n’a pas évolué par rapport à celui qui avait justifié la remise en liberté, et Aytekin doit toujours être opéré. C’est ce que Me De Vlaemynck défendra devant le TAP pour s’opposer à la demande du parquet et au retour du chauffard en prison, avec sans nul doute un autre rapport médical d’expert à l’appui.