Faits divers

Un rapport destiné au commissaire général dénonce des irrégularités

BRUXELLES Un rapport destiné au commissaire général de la police fédérale Fernand Koekelberg, en date du 19 mars 2010, dénonce, sur douze pages, des dysfonctionnements de plusieurs ordres dans l’ASBL Société Royale Musicale Pandore, qui gère la fanfare de la police fédérale. Nous avons ce document.

Chez nos policiers, la musique n’adoucit pas les mœurs : on lit que des membres et anciens membres de la fanfare en viennent à s’accuser jusqu’à déposer des plaintes au pénal, dans plusieurs parquets belges, les uns contre les autres.

Le rapport dénonce que les cars de la police fédérale transportant la fanfare de la police utilisent abusivement sirènes et gyrophares en effet réservés aux véhicules prioritaires, pour rejoindre plus vite les lieux de concert.

Le rapport dénonce des irrégularités dans la composition du conseil d’administration et la gestion de l’ASBL, trésorerie et engagements de dépenses.

Fernand Koekelberg, contacté par la DH, refuse de se mouiller : “Malgré son appellation, (cette fanfare) ne dépend pas de nous. C’est une ASBL indépendante. Nous nous distançons de tout ce qu’elle fait, de tout ce qui s’y passe.”

Le rapport s’interroge sur des nominations et démissions d’administrateurs étrangement non publiées par le Moniteur; la validité de décisions du conseil d’administration prises dans ces conditions; l’absence de dépôt des comptes et bilans de l’ASBL au greffe du tribunal de commerce de Bruxelles comme c’est exigé. Parmi les achats épinglés comme coûteux, celui de 82 uniformes (facturés 30.000 €) pour les musiciens.

Le rapport parle de “mauvaise gouvernance”. Évoquant les honoraires (pourtant légers, NdlR) du chef de musique, du pianiste, etc., et autres frais, il alarme : “On peut se demander comment la fanfare pourra faire face à de telles dépenses que l’on peut pratiquement qualifier, pour une partie, de somptuaires […] Tout ceci nuit gravement à l’image de la police.”

Deux plaintes pénales pour usage abusif des sirènes et gyrophares sont déposées auprès des parquets de Bruxelles et Charleroi : non, les cars de la police fédérale transportant la fanfare sur les lieux de concert ne sont pas des ambulances. Pourtant, ces “usages abusifs du code 3 sont systématiques, du départ à l‘arrivée”.

La mésentente profonde déchire la fanfare de la police. Selon nos infos, un ancien a même déposé plainte au parquet de Bruxelles contre un administrateur actuel, ex-colonel de gendarmerie, pour vol dans un bâtiment de l’Escorte royale de la police fédérale.

Le 1er mars , une dame dénonçait publiquement le fait d’avoir dû travailler au noir pour la fanfare et d’avoir confectionné ses fanions et drapeaux sans avoir été payée deux ans après.

Hier, Fernand Koekelberg maintient que “cette fanfare se fait certes appeler Fanfare Pandore de la police fédérale. Mais je le répète : nous sommes très prudents vis-à-vis d’elle”. Le patron de la police intégrée peut transmettre le document (et ses annexes) au parquet de Bruxelles.

© La Dernière Heure 2010