Faits divers

Concerts, galas et dîners prévus pour l'entrée dans 2009 n'auront finalement pas lieu en Egypte, à Dubaï, en Jordanie et en Syrie, même si Beyrouth n'a pas renoncé à faire la fête


CAIRE Les festivités du Nouvel An ont été annulées dans plusieurs pays arabes par solidarité avec les Palestiniens de Gaza, soumis depuis cinq jours à des bombardements israéliens qui ont fait près de 400 morts.

Concerts, galas et dîners prévus pour l'entrée dans 2009 dans la nuit de mercredi à jeudi n'auront finalement pas lieu en Egypte, à Dubaï, en Jordanie et en Syrie, même si Beyrouth n'a pas renoncé à faire la fête.

Dans la bande de Gaza, le Nouvel An ne fait pas partie de la tradition. En Cisjordanie, les rares célébrations palestiniennes devraient rester discrètes.

En Egypte, le concert annuel du célèbre chanteur Mohammed Mounir, qui devait se tenir mercredi soir à l'Opéra du Caire, a été annulé, tout comme une fête organisée par le ministère de l'Information, qui aurait dû être retransmise par la télévision publique.

Mardi, un responsable de la télévision égyptienne, Oussama al-Cheikh, avait annoncé le report du lancement d'une nouvelle chaîne, Nile Comedy, prévu pour le 1er janvier, "en solidarité avec le peuple palestinien de la bande de Gaza".

A Dubaï, plusieurs galas et concerts ont été supprimés sur ordre du souverain de l'émirat, cheikh Mohammed Ben Rached Al-Maktoum, "en signe de solidarité avec le peuple palestinien frère et en raison des destructions et des tueries perpétrées dans la bande de Gaza par la machine de guerre israélienne".

Un responsable du cabinet de cheikh Mohammed, chargé des festivités, Adel Omar, a précisé, selon le quotidien Emaratalyoum, que tous les évènements musicaux qui étaient programmés avaient été annulés.

Plusieurs vedettes de la chanson arabe, dont le Saoudien Mohammed Abdou, l'Irakien Kazem al-Saher, la Libanaise Nancy Ajram ou la Tunisienne Latifa devaient se produire à Dubaï à la veille ou pendant les premiers jours de 2009.

De nombreuses festivités du Nouvel An ont habituellement lieu à Dubaï, destination touristique et haut lieu de divertissement de premier plan dans la région.

Abou Dhabi, émirat voisin de Dubaï, où un concert de la chanteuse Shakira est notamment prévu, n'a en revanche pas annoncé d'annulation.

Aucune annulation n'a non plus été annoncée à Beyrouth, selon des grands hôtels contactés par l'AFP.

En Jordanie, plusieurs grands hôtels et restaurants de la capitale Amman, du site touristique de Petra et du port d'Aqaba sur la mer Rouge ont aussi annulé les célébrations prévues.

"La décision d'annuler les célébrations a été prise par solidarité avec notre peuple à Gaza", a déclaré Michel Nazzal, responsable de l'organisme regroupant les hôtels du pays. La moitié environ de la population de Jordanie est d'origine palestinienne.

Plusieurs quotidiens ont aussi appelé les Jordaniens à se rassembler une bougie à la main dans le centre-ville d'Amman mercredi à minuit afin d'exprimer leur soutien à Gaza.

En Syrie, l'ordre des artistes a annoncé dans un communiqué l'annulation de toutes les festivités du Nouvel An en signe de solidarité avec le peuple de Gaza.

Le spectacle du grand chanteur syrien Sabah Fakhri prévu dans un grand hôtel à Damas a été notamment annulé.

Les Irakiens non plus ne célèbreront guère le Nouvel An, mais pour des raisons différentes.

De son côté, l'Irak, et surtout sa grande communauté chiite, vit depuis lundi
au rythme du Mouharam, une période de dix jours qui culmine avec l'Achoura, la commémoration du martyr de l'imam Husseïn, gendre du prophète Mahomet et fils de l'imam Ali.

Pendant ces dix jours de deuil, les chiites irakiens cessent d'organiser mariages, fêtes et célébrations publiques et suspendent des drapeaux noirs aux fenêtres ou toits.

© La Dernière Heure 2008