Faits divers

Assises de Namur : la victime s'est fait attendre

NAMUR On aurait pu penser que les faits qu'elle avait subis la nuit du 17 au 18 mai 2006 l'auraient incitée à venir témoigner devant la cour d'assises, mais il semble que la jeune Priscillia Marteau, 18 ans, ait préféré se faire attendre. Il a d'ailleurs fallu que le président sollicite l'intervention d'un enquêteur, mandat d'amener en main, pour que la jeune femme se décide à venir.

Interpellée sur son absence, elle a simplement répondu qu'elle n'avait pas reçu la convocation.

Pour rappel, Priscillia Marteau est l'une des trois victimes sauvées par les pompiers dinantais suite à l'incendie de l'immeuble de la rue Arthur Defoin à Dinant dans lequel les trois victimes résidaient.

Un incendie volontairement bouté par son petit ami Francisco Sambon, 22 ans, après que celui-ci eut appris que la jeune fille le trompait avec son voisin du dessus. L'intéressé, ainsi que ses acolytes Yves Dedobbeleer, 28 ans, et Nicola Delaby, 25 ans, doit désormais répondre devant les assises de Namur d'une triple tentative d'assassinat par incendie.

À noter également que l'avocat général a, dans son acte d'accusation, également retenu la circonstance aggravante de préméditation.

Lors de son audition, Priscillia a ainsi confirmé les dires des experts psychiatres, à savoir que le premier accusé pouvait se montrer particulièrement irritable une fois sous l'emprise de la boisson. Une activité à laquelle il s'adonnait d'ailleurs très régulièrement. Elle a même rappelé qu'à l'issue d'une dispute, Francisco Sambon lui aurait dit que si elle le quittait, "il prendrait sa tête et peindrait les murs avec son sang". Et la jeune femme d'ajouter : "Pour moi, il ne s'agissait que de paroles en l'air. Francisco ne s'est jamais montré violent à mon égard."

Ce matin, les débats se poursuivront avec l'audition des premiers témoins de moralité.



© La Dernière Heure 2008