Faits divers

Farouk Ben Abbes, figure de l'islam radical, a été condamné vendredi soir à Paris à quatre ans de prison ferme pour son activité sur ce qui fut le site jihadiste francophone de référence, Ansar Al-Haqq, à la fin des années 2000.

Reconnu coupable du délit d'association de malfaiteurs terroriste, le Belgo-Tunisien de 32 ans, qui comparaissait libre, a été également condamné à une interdiction définitive du territoire français. Le procureur avait demandé six ans de prison assortis d'une incarcération immédiate, quand ses défenseurs avaient plaidé sa relaxe.