Faits divers

Les jours de l'homme sur lequel la police a tiré lundi soir à Gand ne sont plus en danger, indique mardi le parquet de Flandre orientale.

La police a tiré sur un homme à Gand lundi vers 18h50 après avoir été informée qu'un individu se comportait agressivement. Celui-ci aurait menacé plusieurs personnes avec un couteau, serait monté dans un véhicule et aurait menacé à nouveau le conducteur avec un couteau.

La police locale de Gand a localisé le véhicule et une poursuite s'est engagée. La voiture s'est arrêtée au feu rouge du carrefour entre les rues Zwijnaardsesteenweg et Edelsteenstraat. Une femme se tenait au volant avec le suspect à côté d'elle. Deux agents de police sont sortis de leur véhicule pour intervenir. Le tir est ensuite survenu. Le Comité P enquête pour déterminer si l'agent a bien réagi en légitime défense.

Le suspect, un homme de 33 ans de nationalité nigériane habitant à Gand, a été emmené à l'hôpital où il a été opéré. Ses jours ne sont plus en danger. L'homme et la femme au volant se connaîtraient.

Le parquet, le laboratoire, un expert en arme et la police (locale, fédérale ainsi que le Comité P) sont descendus sur place. Un médecin légiste a été désigné. Deux enquêtes ont été ouvertes, comme le veut la procédure: une sur les faits qui ont mené à l'intervention policière et une sur la fusillade.