Faits divers Des travailleurs du centre dénoncent : "Des réfugiés violents, qui ne respectent rien !"

Tout ce qui se passe derrière La Porte d’Ulysse ne doit pas en sortir. C’est en quelque sorte la politique menée par les membres de la Plateforme citoyenne qui gère ce centre pour réfugiés situé à Haren, pour lequel la Région a déboursé 600.000 euros en juin dernier, afin d’offrir chaque soir repas et hébergement à quelque 300 migrants.

Mais après des incidents à répétition dont deux jugés graves cette semaine, plusieurs travailleurs ont décidé de briser le silence afin de dénoncer une situation qui deviendrait difficile derrière les murs de ce centre où on tenterait trop souvent de régler les choses en interne pour ne pas alerter la police et éviter ainsi des ennuis aux réfugiés.

La police a pourtant dû intervenir à trois reprises cette semaine à la demande des agents de sécurité employés sur le site.

Au total, trois arrestations de migrants ont eu lieu, nous confirme le porte-parole de Polbru.

Jeudi, un des travailleurs du centre a échappé au pire grâce à l’intervention des agents de sécurité. Des migrants le frappaient à coups de chaise et de bâtons. Deux d’entre eux ont pu être interpellés par la police.

Vendredi en milieu de journée, c’est dans les cuisines du centre, pourtant interdites d’accès aux migrants, qu’une agression s’est produite. Un migrant refusait de quitter la pièce et dissimulait un grand couteau de cuisine sous ses jambes. Il a alors été demandé à l’agent de sécurité présent de le faire sortir. Ce dernier est parvenu à s’emparer du couteau mais c’est là que le migrant a tenté de lui porter un coup de poing et a été blessé avec l’arme blanche. L’agent de sécurité s’est protégé le visage mais a toutefois été victime d’un jet de projectile à la tête. Transporté en ambulance à l’hôpital, l’agent s’en sort avec une incapacité de travail de huit jours. Le migrant, lui, a fait l’objet d’une arrestation judiciaire, nous confirme la police. Contacté par nos soins, l’agent de sécurité ne souhaite pas s’exprimer.

D’autres travailleurs du centre nous dénoncent toutefois une "surprotection" des réfugiés par les membres de la Plateforme citoyenne. La plupart des agents de sécurité refuseraient d’ailleurs d’assurer des missions dans ce centre tant l’ambiance serait tendue. "Dès qu’il y a un incident, tout est fait pour protéger les réfugiés et leur trouver l’excuse d’un passé difficile. Beaucoup insultent et menacent le personnel mais personne ne dit rien. Ils vomissent et défèquent dans les douches et laissent tout ainsi derrière eux. Ils piquent des crises quand ils n’ont pas à manger directement. Ils ne font même pas leur lit le matin, les bénévoles s’en chargent", s’exclame un travailleur.

Un autre enchaîne : "Ils n’ont aucun respect pour les bénévoles. Ils se droguent dès le matin et certains n’hésitent pas à dire qu’ils pourraient s’en prendre aux femmes qui travaillent dans le centre".

Des femmes, bénévoles, qui sont pourtant aux petits soins avec les quelque 300 migrants qui, chaque soir, franchissent la Porte d’Ulysse. Un bâtiment que la Plateforme citoyenne souhaite conserver ouvert le plus longtemps possible.

“Système de sanctions”

“On a un système de sanctions, qui sont les mêmes pour tous. On bannit pendant trois jours puis définitivement les personnes qui se sont montrées agressives ou qui ont consommé de la drogue. On ne communique pas sur chaque problème rencontré dans le centre, mais quand il a fallu interrompre les inscriptions à la Porte d’Ulysse une nuit parce que c’était trop tendu, on a communiqué”, a déclaré Mehdi Kassou, porte-parole de la plateforme citoyenne.