Faits divers

Les boîtes noires des trains ne sont pas fiables, selon la SNCB et Infrabel

Le bilan demeure à 18 victimes

Déjà deux accidents au même endroit

4.000 dispositifs de sécurité commandés, 800 placés

"Les boîtes noires ne sont pas fiables"


BRUXELLES Les appareils doivent être remontés mécaniquement, comme auparavant pour les réveils. C'est pourquoi un horodatage précis est impossible via des boîtes noires. C'est ce qui a été déclaré jeudi lors du procès de l'accident de train survenu il y a cinq ans à Diepenbeek, écrit vendredi le journal Het Laatste Nieuws. Lors de cet accident, cinq jeunes qui ont traversé la voie ferrée en voiture ont été tués au passage d'un train. Les parents de deux victimes sont allés en justice à Hasselt, mais celle-ci a estimé jeudi que les jeunes étaient responsables du drame.

Lors du procès, l'avocat de la SNCB et d'Infrabel, a fait valoir que l'horodatage de la boîte noire dont est munie chaque train n'est pas fiable. Contrairement à un avion qui est équipé d'une boîte noire entièrement électronique, la boîte noire du train doit être remontée par le conducteur pour chaque trajet. "Le temps d'affichage n'est pas mesuré correctement", confirme Jochem Govaerts, de la SNCB. "Deux horloges mécaniques ne donnent jamais le même temps". "Toutes les autres données, comme la vitesse ou les signaux, sont bel et bien fiables", précise-t-il.

© La Dernière Heure 2010