Faits divers

Les parents d'une fille victime de harcèlement au collègue du Sacré-Coeur (Heilig Hartcollege) de Hal (Brabant flamand) ont réclamé lundi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles des dommages et intérêts de 3.000 euros à l'établissement scolaire. Ils exigent la condamnation de l'école pour ne pas avoir pris les dispositions nécessaires contre les élèves qui ont mené la vie dure à leur fille.

Le parquet ne voit par contre aucune raison de condamner l'école. L'établissement demande son acquittement. Le harcèlement aurait commencé alors que la jeune fille était en 5e secondaire. Un certificat médical lui a ensuite été délivré pour l'autoriser à rester à la maison, et n'effectuer que son stage. Entre-temps, elle a changé d'établissement.

Selon les parents, la direction de l'école était dès le départ au courant du harcèlement, mais n'a jamais pris les plaintes au sérieux. Des membres du personnel de l'école auraient également minimisé la question en qualifiant, dans des courriels, cette affaire de "soap".

Les parents ont dès lors décidé de réclamer des dommages et intérêts à hauteur de 3.000 euros.

Le parquet de Hal-Vilvorde réclame par contre l'acquittement. "Si nous étions au tribunal de la jeunesse, j'aurais pu requérir des mesures à l'encontre des harceleurs. Il n'est pas question ici de mettre tout l'établissement en cause", a justifié le procureur.

Le collège a de son côté fait valoir qu'il existe peu de preuves du harcèlement et que des actions avaient été entreprises à l'encontre des harceleurs.