Faits divers Le tribunal a accordé une peine de travail à un des prévenus et du sursis à l’autre.

Grégory, 32 ans, et Robin, 20 ans, ont été respectivement condamnés à 200 h de travail ou 15 mois de prison et 18 mois de prison avec sursis pour ce qui excède la durée de la détention préventive pour avoir participé aux échauffourées lors du match Standard-Charleroi, en septembre dernier. Les deux prévenus se sont également vu imposer des amendes de 400 euros et des interdictions de stade pour une durée de 18 mois et de 2 ans.

Pour rappel, le 10 septembre dernier, des supporters du Standard ont tenté de s’en prendre à ceux de l’équipe Charleroi. Les inspecteurs se sont placés pour empêcher les affrontements. Les hooligans les ont insultés, ont craché, mais aussi lancé des pierres, des morceaux de blocs, des bouteilles, des verres, des panneaux de signalisation et des tables. Quinze policiers ont été blessés. Les bandes vidéos des faits ont été analysées pour identifier les auteurs de ces faits. Certains, les meneurs, comparaissent détenus devant le tribunal correctionnel de Liège.

Chacun des suspects a émis des regrets devant le juge. Ils ont tous expliqué que ce comportement ne leur ressemblait pas. Une cagnotte a été lancée sur Internet pour payer les frais de certains des suspects… Les policiers ont décidé de se constituer partie civile à l’encontre des personnes qui comparaissent pour ces agressions.

Ce mercredi , deux nouveaux prévenus ont comparu devant le juge. Hervé, 27 ans et Aurélien, 20 ans, qui fait partie des Ultras Inferno, un des groupes de supporters, ont avoué les faits. Ce dernier, qui a eu un rôle majeur dans les incidents, a comparu détenu. En effet, il a lancé des feux de Bengale et portait une cagoule à certains moments. Le parquet a requis des peines de 24 et 30 mois de prison sans s’opposer à un sursis probatoire et des interdictions de stade de 80 mois.

La défense a plaidé le sursis.