Faits divers Le belge de 22 ans n’a pas été inculpé de tentative(s) de meurtre mais de coups et blessures volontaires.

Il a frappé à d’innombrables reprises et a blessé six personnes, dont une grièvement. Mais il a été laissé libre sous condition. Samedi soir, l’auteur présumé de violences au couteau commises rue de l’Épée, à Bruxelles, a été auditionné, tout comme ses victimes hospitalisées. Ce Belge de 22 ans, originaire d’Amérique du Sud, n’a pas été inculpé de tentative(s) de meurtre mais de coups et blessures volontaires ainsi que de port d’arme prohibé. La juge d’instruction en charge de l’affaire a ensuite décidé de le libérer sous condition. Son avocat, le pénaliste Thibaut Colin, confirme cette libération stupéfiante.

Samedi, vers midi , il restait encore d’impressionnantes flaques de sang rue de l’Épée, au cœur des Marolles, en contrebas du palais de justice de Bruxelles. Des enfants jouant autour, inconscients de la scène ultraviolente qui s’est déroulée quelques heures plus tôt. Samedi, vers 4 h 20, le Havana Café, établissement célèbre pour son ambiance latino, va bientôt fermer. Il reste encore une centaine de personnes, parmi lesquelles deux groupes de ressortissants sud-américains.

Là, selon un témoin de la scène interrogé par la DH sous couvert d’anonymat, quatre personnes prennent à partie un homme. Des coups partent. "Celui qui était attaqué s’est relevé, a sorti un couteau et a pointé un peu tout le monde. Une bagarre comme ça, t’en verras jamais", raconte-t-il, encore sonné. "J’ai entendu du bruit dehors vers 4 h. Alors, j’ai mis le nez à la fenêtre. Ce sont les hurlements des filles qui m’ont réveillée", raconte Florence, voisine du Havana Café. "Il y avait une quarantaine de personnes dehors, ça courait dans tous les sens. Les filles voulaient aussi s’en mêler. Ce n’était que des gens extrêmement jeunes, pas même la vingtaine."

L’auteur des coups a donc frappé à de multiples reprises, un peu partout sur cette petite place menant vers l’ascenseur monumental qui donne sur la ville haute. Le bilan est extrêmement lourd : six blessés par arme blanche. L’un d’entre eux a été grièvement touché au dos. Les autres ont été frappés aux bras et aux jambes. "Ils ont reçu des incapacités de travail importantes", précise une source proche de l’enquête.

Les pompiers, alertés par des témoins, ont pu arriver très tôt sur les lieux, du fait de la proximité de l’hôpital Saint-Pierre. Les policiers de la zone Bruxelles- Capitale/Ixelles sont intervenus et ont réussi à interpeller l’auteur présumé des faits. Selon plusieurs sources, parmi lesquelles un témoin, le patron du Havana Café et une personne proche de l’enquête, les causes de la rixe sont à chercher du côté d’une querelle amoureuse. L’auteur aurait été l’ancien petit ami de la copine d’une victime.

Pour Caleb Sparxx, gérant du Havana Café, les gens qui ont pris part à la rixe ne font "pas partie de la clientèle habituelle. Jamais il n’y a eu un tel fait divers devant chez nous".