Faits divers Lorsque les personnes arrivaient sur place, elles se retrouvaient à la rue.

Didier a écopé de 40 mois de prison avec sursis probatoire de 5 ans pour avoir commis pas moins d’une trentaine de faits d’escroquerie, abus de confiance, mais aussi grivèleries au préjudice de nombreuses victimes.

Le tribunal lui a imposé des conditions dont le remboursement de ses victimes. Mais l’intéressé est spécialisé dans le domaine puisqu’il a déjà été condamné à plusieurs reprises pour avoir commis le même type de faits.

L’homme n’a pas hésité à gruger ses plus proches amis, même parfois des personnes qui avaient de graves soucis de santé. Il s’est également spécialisé dans la location d’appartements qui ne lui appartenaient pas… Il a notamment réalisé ce type d’escroqueries au préjudice de personnes qui voulaient se rendre en vacances en Espagne.

Imaginez-vous. Vous décidez de vous offrir des vacances au soleil, en Espagne. Vous voyez une petite annonce dans le journal pour un bel appartement à louer. Serein, vous vous voyez déjà sur un transat en train de profiter du soleil, une sangria à la main.

Vous contactez la personne qui a placé l’annonce puis vous versez un acompte pour être certain d’avoir l’appartement. Mais voilà, tout cela n’était qu’un mirage. Lorsque vous arrivez sur place avec tous vos bagages, vous avez une très mauvaise surprise. En effet, vous vous êtes fait escroquer. Vous voilà obligé de trouver un autre logement en toute urgence. Didier s’est également fait passer pour le propriétaire de logements à louer.

Ainsi, une dame avec ses enfants a donné son renom, payé ce qu’elle croyait être la caution de son nouveau logement. Le grand jour, elle a déménagé mais lorsqu’elle a voulu ouvrir la porte, la clé n’ouvrait pas le logement ! Elle s’est retrouvée à la rue avec ses meubles et ses bambins.

Didier est allé jusqu’à voler le portefeuille de son ami qui était emmené en ambulance après un malaise. Il a aussi volé une dame en phase terminale d’un cancer. "L’envie d’argent était plus forte que tout", a déclaré le prévenu. Cette fois, il doit répondre de faits commis en 2012. "Je m’excuse auprès de ces gens", a poursuivi l’intéressé déjà condamné à plusieurs reprises.