Il terrorisait les accompagnateurs de train

V. F. Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Poursuivi pour six faits de violence dans les trains, un jeune Grézien sera interné

GREZ-DOICEAU Il y a quelques mois, Kabamba B., de Grez-Doiceau, avait déjà été poursuivi en correctionnelle pour quatre faits de violence commis dans les trains de la ligne Charleroi-Louvain. Il avait brisé la vitre des toilettes d’un des wagons, ou encore déchiré, juste devant le nez de celle qui l’avait dressé, le procès-verbal établi à son encontre parce qu’il voyageait sans ticket. Et comme l’intéressé est d’une carrure plutôt impressionnante, personne n’a trop intérêt à résister.

Après l’incident avec l’accompagnatrice, le gaillard avait marqué son mépris en urinant au milieu du wagon. Puis lorsqu’il est descendu, à travers la vitre du train, il lui a fait un signe mimant un égorgement… Le tribunal avait décidé de recourir à une expertise mentale du prévenu, tant les faits de violence étaient fréquents. Le conseil du jeune homme avait expliqué que son client se disait victime d’hallucinations…

Entre-temps, deux autres faits se sont ajoutés. Notamment lorsqu’un contrôleur a voulu lui faire remarquer qu’il s’était installé en première classe sans titre de transport, qu’il n’était pas en règle. L’agent de la SNCB, poursuivi dans le couloir par le jeune homme furieux, avait dû s’enfermer derrière une porte.

L’avocate de six agents de la SNCB a tiré le signal d’alarme : suite au comportement imprévisible de Kabamba, plusieurs membres du personnel ont demandé de ne plus être affectés à la ligne que fréquente habituellement le jeune homme.

Le ministère public, lui, avait requis l’internement : l’expert considère que le Grézien est dans un état mental le rendant incapable du contrôle de ses actes. Le jugement rendu lundi ordonne effectivement l’internement.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner