Faits divers Qui veut la peau du chef de la brigade canine?

Il y a un corbeau à la police, qui sévit depuis plusieurs mois et adresse du courrier dans les salles de rédaction. Ce corbeau, pour l’instant non identifié, opère à la zone de police Bruxelles Midi (Anderlecht/Saint-Gilles/Forest) et semble viser un policier bien précis, le commissaire Verhoeyen, chef de la brigade canine. C’est en tout cas l’avis de l’intéressé. Nous l’avons contacté. Il a accepté de répondre.

Avec ses lettres anonymes, le corbeau distille des informations dont le résultat, sinon l’objectif, est de créer des tensions en interne, de déstabiliser le service et de donner de la police une image détestable. On peut constater que le corbeau est curieusement actif principalement pendant les périodes de congés.

Selon le commissaire Geert Verhoeyen, le corbeau était déjà à l’origine d’une information publiée fin décembre (entre Noël et Nouvel An) selon laquelle la police de la zone Midi ne serait pas intervenue lors d’un braquage dans un magasin de vêtements d’Anderlecht car deux agents de la brigade canine effectuaient une course au Westland Shopping, envoyés par leur chef pour acheter des pralines pour un quizz entre policiers organisé au sein de la zone. Le bourgmestre de Forest et président du collège de police Marc-Jean Ghyssels avait dû démentir.

Une autre lettre anonyme est arrivée vendredi dernier. Ce jour-là, nous recevions, sous enveloppe timbrée, un courrier (rédigé en néerlandais) affirmant que le chef de la brigade canine avait déposé plainte au parquet contre une inspectrice de son service, pour menaces de mort. L’information est en soi exacte mais elle est vieille de sept mois et se rapporte à une situation qui a depuis longtemps été aplanie. "On ne connaît même pas exactement les mots qui ont été prononcés par la collègue. A-t-elle dit : ‘Ik zal hem kapot maken ou kapot schieten’. Cette phrase, à supposer qu’elle soit exacte, je ne l’ai pas entendue moi-même et je n’en ai eu connaissance qu’après trois semaines. La collègue et moi, nous en avons discuté il y a déjà des mois, nous nous sommes expliqués et vous constaterez comme moi que je suis toujours vivant. La vraie question est de savoir qui a ressorti cela après autant de temps et dans quel but ? Créer des tensions entre policiers, déstabiliser le service, nuire à la zone de police Bruxelles Midi et salir l’image de la police en général ? C’est en tout cas quelqu’un qui veut nuire et se sert de la presse pour y parvenir."

Une certitude, le corbeau est forcément quelqu’un "de l’intérieur", visiblement très bien renseigné.

Ce détail le prouve : la lettre postée le 5 avril au centre de tri de Bruxelles X fait allusion à un drame affreux, un meurtre suivi d’un suicide par arme à feu - que seul un policier (ou un calog, personnel civil) de la zone peut connaître. Et le corbeau utilise ce drame pour faire mal, dans un but de haine.