Faits divers

Le superviseur de la Stib venu effectuer des constatations pour un accident de bus, a été mortellement frappé…

Onde de choc à la Stib. Ce qui n’était au départ qu’un banal accident de roulage, s’est transformé en drame ce samedi.

Iliaz Tahiraj, 56 ans, superviseur au sein de la Stib, s’est fait tuer alors qu’il venait assister un chauffeur de bus victime d’un accident avec un véhicule venant de la direction opposée à la sienne.

Iliaz Tahiraj n’était là que pour effectuer les constatations d’usage.

Flash-back. Samedi, il était environ 6 h 50 du matin lorsque la collision s’est produite au carrefour du Quai de Willebroek et de l’Allée Verte. Une Citroën C 3 noire, qui venait du square des Armateurs, a tenté de s’engouffrer dans l’Allée Verte. Le conducteur du bus amorçait également son virage pour poursuivre son trajet sur la même Allée. Les deux véhicules se sont entrechoqués de manière frontale.

La Citroën C 3 était totalement sinistrée, moteur au sol. Ses deux passagers blessés, mais apparemment pas suffisamment pour ne pas avoir le temps d’appeler des copains à la rescousse…

Alors qu’on les emmenait à l’hôpital, une Polo noire a débarqué sur les lieux. Ses deux occupants sont sortis du véhicule et le ton est très rapidement monté. Ils en avaient après le conducteur du bus.

Sentant le danger, Iliaz Tahiraj a demandé au conducteur de rentrer dans son bus et de s’enfermer. “Plutôt que de s’en prendre au chauffeur, l’un des deux individus s’en est alors pris au superviseur , contextualise Morad Essaouiki, premier délégué syndical FGTB pour le service stibien de sécurité et de contrôle. Iliaz a sauvé la vie du conducteur. Je suis l’un des premiers à être arrivé sur place et je ne l’ai même pas reconnu tellement son visage était ensanglanté. L’ambulance et les pompiers étaient sur place, mais personne n’est intervenu…”

Quant à savoir si le conducteur de la voiture était en état d’ébriété et s’il avait brûlé au préalable un feu rouge, il est encore trop tôt pour pouvoir le confirmer, mais ces informations ont bel et bien été évoquées très rapidement de sources stibiennes intervenues sur place.

Le tueur présumé a été interpellé dans la journée. Selon certaines sources, il aurait rapidement été pris à l’hôpital où il avait rejoint ses amis.

Une information non confirmée par Bruno Bulthé, procureur du Roi de Bruxelles, qui a seulement indiqué en début d’après-midi que l’auteur présumé des coups et blessures mortels avait été interpellé dans l’agglomération bruxelloise. Il a aussi confirmé qu’un seul des protagonistes avait frappé le superviseur.

Selon nos informations, il s’agirait d’un Bruxellois de 29 ans, un certain Vanderelst.

Le conducteur du bus (23 ans), témoin des faits et conduit à l’hôpital sous le choc, a pu sortir en fin de matinée samedi.

IIliaz Tahiraj, lui, n’a pas survécu à ses blessures. L’homme présentait des multiples fractures faciales et souffrait d’une hémorragie cérébrale, preuves de l’extrême violence dont a fait preuve son agresseur.

Cliniquement mort, les médecins l’ont maintenu artificiellement en vie pour que ses proches puissent se rendre une dernière fois à son chevet. Cela faisait 29 ans qu’il travaillait pour la société de transports en commun. Iliaz Tahiraj, ancien délégué syndical, n’était qu’à un peu plus d’un an de prendre sa préretraite. Il avait parmi ses enfants un fils et une fille qui travaillent aussi pour la Stib.



© La Dernière Heure 2012