Faits divers

L'homme de 28 ans qui a été abattu par la police mardi soir à la gare de Gand-Saint-Pierre après avoir sorti un couteau, sera entendu dès que son état médical le permettra, a précisé mercredi la section gantoise du parquet de Flandre orientale.

Il s'agit d'un Afghan de 28 ans qui réside, avec un permis de séjour, à Gand. Il ne présente pour l'instant aucun signe de radicalisation, mais souffre de problèmes d'ordre psychique.

Les premières images de vidéosurveillance montrent que l'homme a fait irruption dans la station avec un couteau et a foncé immédiatement vers deux personnes d'une patrouille de la police des chemins de fer, qui a alors ouvert le feu. Deux coups de feu ont été tirés.

L'homme a été emmené à l'hôpital dans un état critique, mais a entre-temps été opéré et ses jours ne sont désormais plus en danger.

Il sera entendu dès que son état médical le permettra, selon le parquet. Il pourrait ensuite être présenté au juge d'instruction de Gand qui décidera de la délivrance d'un mandat d'arrêt. Compte tenu de ses antécédents comportementaux, un médecin légiste a été désigné, mais un psychiatre prendra peut-être le relais.