Inondés 14 fois en deux mois

Sébastien Etienne Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Une famille victime de coulées de boue... quasi dès qu’il pleut. Une canalisation défectueuse en serait la cause

WAVRE “On a désormais peur à chaque fois. Et pourtant, on ne peut pas dire que la pluie a cette fois été très violente.”

Hier, Mehdi Bailliez et son épouse Wendy, propriétaires d’une maison du haut de la chaussée de Bruxelles à Wavre, ont à nouveau dû chausser leurs bottes pour descendre dans leur cave constater les dégâts consécutifs aux averses de pluie. Le sous-sol de leur maison a une nouvelle fois été envahi au matin par plusieurs centimètres d’eau boueuse. Et les pompiers ont été également une nouvelle fois appelés sur place pour les aider à évacuer l’eau.

Le couple était justement rentré de vacances, passées à l’étranger avec ses 3 enfants, samedi. Car ce n’est de fait pas la première fois pour eux qu’ils se retrouvent sous eau. Cette famille a été inondée 14 fois depuis le 20 mai dernier.

Une situation qui s’explique d’abord par l’environnement voisin. Lorsqu’il pleut, les eaux boueuses dévalent de champs voisins et se retrouvent, via un tuyau de canalisation, dans un fossé se trouvant à côté de leur entrée de garage. Il y a quelque temps, le fossé, situé sur le domaine public, a été nettoyé par les services provinciaux. Un second tuyau, de plus petit diamètre, est censé évacuer les eaux en passant sous la maison du couple et de l’habitation mitoyenne. Mais le tuyau serait bouché ou fissuré quelque part sous les maisons. “L’eau envahit alors notre cave et celle de notre voisine, expliquait, hier, Wendy. Cela fait 9 ans que nous vivons ici et nous n’avions jamais connu cela. Même quand nous étions en vacances, des amis sont venus à cinq reprises constater que l’eau était encore rentrée.” Avec leur propre pompe, les habitants s’affairent dans le fossé.

Le couple a déjà interpellé les autorités car l’entretien du tuyau d’évacuation des eaux de pluie ne serait pas de leur responsabilité.

Eux, qui ne sont déjà pas reliés directement à l’égout et qui utilisent encore une fosse septique, demandent donc qu’une solution soit trouvée afin de dévier l’eau descendant des champs. “Mais chacun se renvoie la balle. La commune dit que c’est à la province d’agir et la province dit que c’est à la commune…” , poursuit Wendy.

La voisine du couple, Viviane, est aussi dépitée. “J’ai presque envie qu’on m’exproprie en estimant que nous vivons dans une zone sinistrée.” Sur le plan matériel, des vélos, des tondeuses ou d’anciens meubles de cuisine entreposés dans les caves sont à dénombrer comme biens sinistrés. Le couple Bailliez attend d’ailleurs le passage d’un expert pour évaluer les dégâts de ces multiples inondations.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner