Faits divers Deux mois avec sursis pour le responsable de la boucherie de l’Intermarché.

L’affaire avait fait grand bruit et avait même eu les honneurs des journaux télévisés : en février 2015, Jacques, un boucher d’origine camerounaise avait été prié de rester chez lui après trois jours de travail en tant qu’intérimaire dans la boucherie de l’Intermarché de Tubize.

Il était pourtant compétent et convenait pour le poste. Mais un chef boucher lui avait confié que les clients avaient fait des remarques, et que ceux-ci ne voulaient pas d’un boucher noir…

Des déclarations scandaleuses qui avaient amené Jacques à déposer plainte, et ceux qui le soutenaient dans sa démarche - dont la FGTB - avaient alerté la presse sur cette situation. Soutenu également par le Centre d’égalité des chances, le boucher intérimaire est allé jusqu’au bout pour dénoncer la discrimination dont il avait fait l’objet.

Et le responsable des engagements dans la société qui gère cette boucherie s’est retrouvé sur le banc du tribunal correctionnel du Brabant wallon, il y a un mois. Bastien F. avait nié s’être rendu coupable de discrimination.

D’après lui, l’intérimaire n’avait plus été repris après trois jours de travail, tout simplement parce que celui qu’il devait remplacer avait réintégré le service. Il n’y avait donc plus de place dans l’équipe. Et le prévenu de préciser à l’audience qu’en plus, il avait appris tout cela par la presse, parce qu’il n’était pas présent le jour où l’on a dit à Jacques qu’il ne devait plus revenir travailler à Tubize…

Pas vraiment de quoi convaincre l’auditeur du travail, qui avait requis à l’audience une peine de trois mois de prison avec sursis contre ce responsable, et avait évoqué un "comportement scandaleux."

Le jugement est tombé hier : le tribunal correctionnel estime que les préventions sont établies. La société a cédé aux menaces de clients racistes et en s’abstenant de toute réaction quand il a été averti de la situation par le chef boucher, le responsable a avalisé un comportement discriminant.

Bastien F. écope dès lors de deux mois d’emprisonnement assortis d’un sursis et d’une amende de 1.200 euros avec un sursis pour la moitié de cette somme.

Quant à la société qui gère la boucherie, elle est condamnée à une amende de 3.000 euros, avec un sursis pour la moitié également. Jacques, reconnu comme victime de discrimination sur base de sa couleur de peau, sera indemnisé par les prévenus à hauteur de 7.500 euros.