Faits divers Des centaines de bouteilles de parfum et d’alcool volées : le parquet requiert jusqu’à 15 ans.

La nuit du 23 mars 2017, trois hommes pénétraient dans les entrepôts de la société Newrest Servair de Gosselies, spécialisée dans le dépôt de marchandises destinées aux duty free des aéroports. Les auteurs, visiblement bien renseignés, avaient pu emporter de grandes quantités de parfums, cigarettes et bouteilles d’alcool. Exactement un mois plus tard, un nouveau commando se présentait chez Newrest Servair. Cette fois, deux employés étaient présents et se sont retrouvés avec une Kalachnikov sous le nez, avant d’être ligotés. De nouveau, le stock de marchandises free tax a été embarqué dans une camionnette.

L’enquête a vraiment débuté grâce à un témoin anonyme. Celui-ci affirmait qu’un certain Youness Toto, déjà connu des services, vendait de grandes quantités de parfums. Il n’en fallait pas plus pour placer l’individu sur écoute. "Et les téléphones ont fonctionné lorsque RTL-TVI a lancé un appel à témoins pour ces deux vols", explique Me Faelli, conseil d’un des employés pris en otage. "Jaouad Toto appelle son frère Youness et demande à parler d’urgence à Rachid. Il évoque le ‘truc’ , là tout de suite aux infos ."

Pour les enquêteurs, Rachid Toto, c’est du lourd. Condamné à 18 ans par la cour d’assise s pour tiger kidnapping, il s’est déjà évadé de la prison de Namur. Selon le parquet, son GSM a borné à Gosselies, le soir du braquage d’avril. Et alors que sa femme était enceinte, il a découché sans donner de nouvelles. Pis, Marwan Hammouda l’a dénoncé lors de son passage aux aveux, avant de se rétracter à l’audience. "J’ai été forcé par les enquêteurs et je voulais me venger de lui", s’est-il expliqué. Or, Hammouda a donné des détails que seul un braqueur pouvait connaître : le fait que les employés ont reçu à boire, qu’ils avaient une veste fluo et que les auteurs avaient reçu le code de l’alarme, sans doute par Janny, un ex-employé de Servair, viré entre les deux vols. Des flacons de parfum, on en a retrouvé chez quasi tous les prévenus. "Moi, je les collectionne", s’est exclamé, sans rire, Youness Toto.

La substitute Cheront , elle, n’a pas cillé lorsqu’elle a requis 10 à 15 ans de prison pour Rachid Toto, Marwan Hammouda et Azidin Achour pour le braquage d’avril. En ce qui concerne le vol de mars, qui aurait été commis par Nicolas L. et Mickaël K., le parquet a réclamé 10 mois. Sans oublier une peine de 2 ans au minimum pour les receleurs…