Faits divers

Trois individus ont grièvement blessé la présidente de la cour d’assises de Bruxelles ce mardi soir alors qu’elle quittait à pied le site Portalis.

Ce mardi soir, Karin Gérard, la présidente de la cour d’assises de Bruxelles, a été agressée vers 19 h alors qu’elle sortait du site Portalis, situé rue Quatre Bras à Bruxelles. Elle se dirigeait à pied vers l’avenue Louise lorsque trois individus de type slave qui la suivaient l’ont agressée, lui portant des coups extrêmement violents et la blessant très grièvement. La victime a été hospitalisée de tout urgence à l’hôpital Saint-Pierre où son état était jugé sérieux.

Magistrate expérimentée et appréciée, Karin Gérard se félicitait fin décembre d’avoir bouclé un dossier d’assises en trois jours au lieu de dix à quinze comme souvent à Bruxelles. Egalement porte-parole de la cour d’appel, elle avait commencé comme substitute au parquet de Bruxelles. Epouse d’un notaire de Gembloux, mère de deux enfants, dont une fille Laura qui a épousé l’avocat Amrani, jeune grand-mère, Karin Gérard est sans doute l’un des visages les plus connus de la justice pénale en Belgique. Elle présida en outre le premier Conseil Supérieur de la Magistrature en 1999, né dans les remous de l’affaire Dutroux.

Mais c’est surtout comme présidente quasi inamovible de la cour d’assises de Bruxelles qu’elle s’est illustrée depuis plus de vingt ans.

Réputée pour mener les débats à la baguette, elle n’en reste pas moins très à cheval sur le respect de la procédure.

Voici quelques années, le chroniqueur judiciaire Jean-Pierre De Starcke écrivait d’ailleurs à son propos qu’en plus de cent procès d’assises, jamais un de ses arrêts n’avaié été mis à néant par la Cour de cassation.

Belle preuve d’efficacité quand l’on connaît l’acharnement tâtillon de certains avocats.