Kim De Gelder responsable de ses actes

Publié le - Mis à jour le

Faits divers

La chambre du conseil a décidé de renvoyer l'affaire devant la chambre des mises en accusation en vue d'un procès en assises


TERMONDE Kim De Gelder, auteur présumé de l'agression au couteau dans la crèche Fabeltjesland, n'est pas dément et doit comparaître devant les assises, a décidé vendredi la chambre du conseil de Termonde.

La chambre du conseil n'a pas accédé à la demande d'internement de la défense. Kim De Gelder a tué le 23 janvier 2009 deux bébés et une femme de 54 ans dans la crèche Fabeltjesland à Sint-Gillis-Termonde. Plus tard, il a avoué l'assassinat le 16 janvier de la même année d'Elza Van Raemdonck, 72 ans, à Vrasene.

"Kim De Gelder souffre d'un grave trouble de personnalité, mais selon les experts il feint par moments un trouble psychotique. Il savait ce qu'il était en train de faire et était en état de faire la distinction entre ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas." C'est ce qu'a indiqué vendredi le président de la chambre du conseil dans son arrêt, dont la motivation a été communiquée par Dirk Van der Kelen, président du tribunal de 1ère instance de Termonde.

La défense de De Gelder estime que son client est irresponsable de ses actes et qu'il doit être interné. La chambre du conseil n'a pas suivi cet avis et a décidé de soumettre le dossier à la chambre des mises en accusation de Gand.

"Le rapport très large et détaillé qui a été transmis par le juge d'instruction n'a pas été contesté par la défense", a relevé la chambre du conseil.

De Gelder n'a pas de trouble psychotique, mais se comporte parfois comme si c'était le cas, selon le président. "Il a un grave trouble de la personnalité, est atteint de schizophrénie et on décèle chez lui les éléments d'une personnalité narcissique et antisociale. D'après les experts, il feint par moments un trouble psychotique. Il a lui même déclaré qu'il avait la possibilité de ne pas mettre ses plans assassins à exécution. Il a hésité durant de longs mois à mettre son projet en oeuvre et était en lutte contre lui-même. Il savait ce qu'il était en train de faire et était en état de faire la distinction entre ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas. Il ne doit donc pas être interné."

De Gelder aura à répondre de quatre assassinats et de 25 tentatives d'assassinats. La chambre des mises en accusation de Gand devra prendre la décision définitive de le renvoyer devant la cour d'assises de Gand.


Les parties civiles soulagées par la décision de la chambre du conseil

Les parties civiles dans l'affaire Kim De Gelder sont satisfaites de la décision rendue par la chambre du conseil vendredi. Elles espèrent que la chambre des mises en accusation se prononcera, définitivement, avant les vacances d'été sur le renvoi du jeune homme en assises.

"Je suis très soulagée", a déclaré Maria Van Raemdonck, la soeur d'Elza Van Raemdonck tuée le 16 janvier 2009 à Vrasene. "La décision de la chambre du conseil de ne pas interner De Gelder est une étape importante. Nous espérons maintenant que la chambre des mises suivra et que le procès sera entamé le plus vite possible."

Les parties civiles espèrent que la chambre des mises se prononce avant les vacances d'été. Un procès en assises pourrait alors débuter fin de cette année ou l'année prochaine.

"Alors le jury populaire et l'opinion publique pourront enfin entendre la véritable histoire de De Gelder et de ses victimes", a déclaré Me Ann Stone, avocate de plusieurs parties civiles. L'internement de Kim De Gelder aurait privé les victimes de raconter leurs histoires, a-t-elle ajouté.


Avocat de Kim De Gelder: "La chambre des mises peut encore décider d'interner mon client"

L'avocat de Kim De Gelder, Jaak Haentjens, ne considère pas la décision de la chambre du conseil de Termonde comme une déception. "La chambre des mises en accusation peut encore décider d'interner mon client", selon Me Haentjens.

La semaine dernière, avant l'audience de la chambre du conseil, l'avocat avait déposé un nouveau rapport rédigé par deux psychologues et concluant que Kim De Gelder ne devrait pas être considéré comme responsable de ses actes.

Il ressort du rapport de ces deux psychologues cliniciens indépendants que De Gelder est un schizophrène paranoïaque et psychotique. La chambre du conseil a rejeté la question de l'internement. "Je n'ai pas pu convaincre le juge que mon client était irresponsable de ses actes au moment où les faits ont été commis, mais la chambre des mises en accusation peut encore toujours décider d'interner mon client", selon Me Haentjens.

L'avocat laisse toujours ouverte la question de savoir s'il demandera des devoirs d'enquête complémentaires à la chambre des mises. "Je reste convaincu qu'un procès d'assises n'apporterait aucune valeur ajoutée pour mon client. Je peux m'imaginer que les parties civiles sont soulagées aujourd'hui, mais je suis ici pour Kim De Gelder. Je peux encore obtenir un internement en chambre des mises ou en cour d'assises", a conclu Me Haentjens.


© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner