Faits divers C’est le numéro 1 du braquage Kardashian. En 2006, Yunice Abbas était condamné pour hold-up à Bruxelles avec un membre du fameux gang corse de la Brise de Mer !

Selon nos informations, le premier suspect que le juge a placé sous mandat d’arrêt à Paris dans l’enquête sur le braquage de Kim Kardashian est une figure connue de la police et de la justice belges. Il y a dix ans, Yunice Abbas fut condamné chez nous pour l’attaque d’une agence bancaire dans la commune bruxelloise d’Auderghem.

Lors du procès, le gangster était mis en cause avec un certain Guy Laumont, un truand de la bande Brise de Mer, le célèbre gang corse spécialisé (déjà) dans les hold-up les plus fous.

Yunice Abbas est âgé maintenant de 63 ans. Toujours selon nos informations, il a repris à Paris son avocat du procès de Bruxelles, Olivier Martins.

Contacté hier, le fameux pénaliste a souri mais s’est refusé à tout commentaire.

Le fait que Yunice Abbas ait été le premier de la bande à valser en prison pour le braquage Kardashian est peut-être indicatif du rôle que ce vieux de la vieille est soupçonné d’avoir joué dans le braquage de la star américaine et le vol de ses 9 millions d’euros de valeurs.

C’est déjà le sentiment que Yunice Abbas donne le 7 novembre 2006 quand le tribunal correctionnel de Bruxelles le condamne pour ce hold-up à Auder ghem : un dur.

Interrogé à la BRB dans l’affaire Kardashian, Yunice Abbas a fait usage de son droit au silence. C’était déjà la réaction de Guy Laumont arrêté après le hold-up du 13 août 2003 à Auderghem : "Je ne balance pas mes complices ".

Ce matin-là, les deux hommes braquaient l’employée au cri de "Attention c’est un hold-up" , vidaient 93.765 euros dans les coffres et prenaient la fuite à bord d’une petite Saxo.

La Citroën était retrouvée le mois d’après à Etterbeek, et dans le véhicule, une cagoule avec l’ADN de M. Abbas.

Arrêté le 4 novembre 2005, Yunice Abbas niait les évidences avec humour et talent. La grande classe !

Le voilà à l’audience. "Le seul délit que j’ai commis en Belgique, c’est un mauvais stationnement à la gare du Midi. Et j’ai payé les 50 euros. C’est tout."

C’est le même qu’on retrouve dix ans dans l’affaire Kardashian. Au tribunal belge, en 2006, Abbas avait dit aussi : "J’avais fait un infarctus deux mois plus tôt. Commettre un hold-up en sortant d’un infar ? Vous savez, un hold-up, cela provoque beaucoup de stress".

Et Abbas jurait ses grands dieux : "Le dernier hold-up que j’ai commis, je n’avais pas encore 30 ans".

Et là, en 2006, Abbas en avait 53. Le tribunal, puis la cour d’appel, le condamnèrent à 5 ans ferme.

Son complice du hold-up d’Auderghem, Guy Laumont, avait écopé de 6 ans. Laumont était réputé pour appartenir à la Brise de Mer, le fameux gang de braqueurs corses qui tire son nom de celui du bar du vieux Bastia où il se réunissait.

Le rapprochement semble s’arrêter là. Selon nos informations, le gang, dissous, n’a apparemment rien à voir dans le braquage Kardashian, même si plusieurs suspects arrêtés avec Abbas ne sont plus de toute première jeunesse. Ce sont des truands de cette génération, de vieux chevaux de retour - le doyen : 72 ans - condamnés en cour d’assises dans les années 1980 et 1990 pour vol aggravé, braquage ou trafic de drogue.

Notre Abbas retrouve donc son avocat de l’époque, Olivier Martins. Comme ce poids lourd du barreau bruxellois ne suffisait pas, Abbas fait aussi appel à un son réputé confrère parisien Philippe Dehappiot.

Yunice Abbas est inculpé à Paris de vol avec arme en bande organisée, enlèvement ou séquestration et association de malfaiteurs.


Les bijoux restent introuvables

Les agresseurs de Kim Kardashian s’étaient introduits dans la nuit du 2 au 3 octobre dans l’hôtel particulier du VIIIe arrondissement de Paris où elle séjournait et avaient dérobé pour une dizaine de millions d’euros de bijoux.

Sous le choc mais indemne, la vedette de téléréalité de 36 ans avait quitté la France le matin même, dès la fin de son audition par les enquêteurs de la Brigade de répression du banditisme.

Les bijoux de la star, en particulier une bague de quatre millions de dollars offerte par son mari, le rappeur Kanye West, restent pour le moment introuvables. Lors de diverses perquisitions réalisées lundi, un peu plus de 200.000 euros ont été saisis. Mais les enquêteurs ignorent s’il s’agit du fruit de la revente des bijoux de la vedette, précise-t-on de source judiciaire.


Le cerveau du gang sous les verrous

Six nouveaux suspects inculpés, dont le chef présumé du commando

Six nouveaux suspects dont le cerveau et des membres du commando soupçonnés du braquage de la star de la téléréalité américaine Kim Kardashian à Paris début octobre ont été inculpés vendredi.

Les enquêteurs pensent tenir le cerveau de l’attaque, Aomar A., un homme de 60 ans dont l’ADN a été trouvé dès le début des investigations sur un des liens qui ont servi à entraver la vedette de téléréalité.

Sa surveillance par la Brigade de répression du banditisme (BRB) avait permis de remonter au reste de l’équipe. Connu dans le milieu du grand banditisme, il avait été condamné en 1985 à sept ans de réclusion criminelle pour vol aggravé.

Parmi les inculpés figurent également son fils de 29 ans, Harminy A., suspecté d’avoir eu un rôle de chauffeur pour le commando le soir des faits, et sa compagne de 70 ans, Christiane G., suspectée d’avoir pu contribuer à l’opération par une aide logistique.

L’un des autres braqueurs présumés, âgé de 61 ans, Didier D., surnommé Yeux bleus , est lui aussi une vieille connaissance de la justice, depuis 1975. Il a été condamné en 2003 à huit ans et demi de prison dans une affaire de trafic international de cocaïne, soupçonné d’avoir réceptionné deux tonnes de drogue à l’aéroport parisien du Bourget.

Il y a encore Pierre B., 72 ans, mis en examen pour vol avec arme en bande organisée, enlèvement et séquestration, et association de malfaiteurs.

Et François D., 54 ans, mis en examen pour vol, enlèvement, association de malfaiteurs, et détention de faux documents administratifs.

Quatre suspects avaient déjà été inculpés jeudi. Ils sont soupçonnés d’avoir renseigné les braqueurs sur l’emploi du temps de la star, comme Florus H., 44 ans, ou Gary M., 27 ans, mis en examen jeudi pour complicité de vol avec arme en bande organisée, complicité d’enlèvement et séquestration et association de malfaiteurs.

Quant à Marceau B., 64 ans, dont les enquêteurs ont repéré la trace à Anvers, capitale du commerce de la joaillerie, il est soupçonné d’avoir participé à l’écoulement du butin. "Ils pensaient que ce serait le coup du siècle mais ont fait beaucoup d’erreurs" , estime un enquêteur.